Slow Food adhère à la marche « Insieme senza muri » de Milan

Le 20 mai, une délégation du réseau migrants de Terra Madre participera aussi au cortège

Slow Food adhère à la marche Insieme senza muri (Tous ensemble sans frontières), qui traversera le 20 mai la ville de Milan, en Italie.

Carlo Petrini, président de Slow Food : « C’est souvent le désespoir qui pousse des millions de personnes à quitter leur maison pour prendre la route et risquer leur vie. Nous devons nous interroger sur l’origine de ce désespoir et sur notre rôle en tant que citoyens dans la recherche de moyens pour le soulager. Car contre le désespoir, il n’y a pas de frontières ou de lois restrictives qui tiennent.

En Afrique et au Moyen-Orient, les conflits et l’insécurité minent des communautés entières. Nos gouvernements ont une responsabilité historique dans la création des conditions actuelles. Nous avons tous le devoir de demander le changement, pour générer des opportunités dans ces pays et combattre un modèle de production occidental qui met aujourd’hui à genoux les communautés locales incapables d’affronter le changement climatique et les défis écologiques. Slow Food travaille depuis des années sur des projets de soutien de ceux qui ont décidé de résister et de rester sur leur terre pour combattre les phénomènes qui l’appauvrissent. Aujourd’hui, nous marchons ensemble et sans frontières pour combattre l’indifférence et l’alarmisme, et faire en sorte que le changement vienne de nous tous. »

Comment ne pas penser aux tragédies de milliers de migrants morts dans leur tentative de traverser ces mers et cette Méditerranée dont nous parlons. Mais aussi aux réussites de ceux qui, dans leur pays d’arrivée, créent de nouvelles entreprises et l’enrichissent de nouvelles identités culturelles et gastronomiques. Le thème sera parallèlement abordé à Gênes, à l’occasion de Slow Fish, l’événement international dédié au monde halieutique et aux écosystèmes marins, organisé par Slow Food et la région Ligurie. La conférence finale de la manifestation Une mer de cultures, le 21 mai à 16h eur sera dédiée, avec Cheikh Guisse, de l’Association sénégalaise de Gênes, Andrea Pescino, de l’association Orto Collettivo et Stefano Liberti, écrivain et journaliste.

L’Université des Sciences gastronomiques de Pollenzo, a elle aussi décidé de se frotter à cette thématique et présente cette année en collaboration avec Slow Food la première édition du Migranti Film Festival, qui aura lieu du 10 au 12 juin 2017 à Pollenzo, en Italie. Ponctueront les trois journées de l’événement, 6 longs métrages, 8 courts métrages et autres films hors concours, des conférences, des débats, des pièces de théâtre sur le thème des migrants et phénomènes migratoires, le tout centré autour des jeunes des deuxièmes générations, de la vie en commun, de l’identité et de la multiculturalité.

Pour en savoir plus, contactez :

Service Presse Slow Food International – internationalpress@slowfood.it – Twitter : @SlowFoodPress

Slow Food est une organisation internationale enracinée dans les territoires, promouvant une alimentation bonne, propre et juste pour tous : bonne, car saine et goûteuse d’un point de vue organoleptique ; propre, car attentive à l’environnement et au bien-être animal ; juste, car respectueuse du travail de ceux qui la produisent, la transforment et la distribuent. Slow Food est une vaste organisation formée de plus de 1500 groupes locaux et 2400 communautés nourricières, jouant un rôle de guide pour tout le mouvement et qui implique chaque année des millions de personnes. À travers des projets comme l’Arche du Goût, les Sentinelles et les jardins en Afrique, ainsi qu’avec la mobilisation du réseau de Terra Madre, Slow Food protège le patrimoine agroalimentaire du monde entier et promeut une agriculture respectueuse de l’environnement, de la santé et des cultures locales.

Université des Sciences gastronomiques de Pollenzo (Unisg). En 2004, Slow Food crée l’Université des Sciences gastronomiques (Unisg) dans le but de proposer un cursus universitaire multidisciplinaire sur les sciences et cultures alimentaires. L’UNISG constitue un autre moyen pour Slow Food d’associer innovation et recherche académique à des connaissances traditionnelles d’agriculteurs et producteurs alimentaires. De 2004 à aujourd’hui, environ 2100 étudiants venus de plus de 85 pays ont fréquenté l’université.

  • Did you learn something new from this page?
  • yes   no