Selon le rapport de la FAO publié aujourd’hui, la perte de biodiversité agricole pousse notre système alimentaire vers l’effondrement

Slow Food demande une action immédiate : toutes les rédactions et tous les gouvernements du monde devraient en faire leur priorité

Le modèle agroindustriel qui sous-tend notre système alimentaire mondial se délite et nous entraine dans sa chute : telle est la conclusion que nous pouvons tirer du rapport publié aujourd’hui par la FAO sur la situation de la biodiversité alimentaire et agricole dans le monde.

Le rapport fournit des détails alarmants sur les dommages catastrophiques et irréversibles causés à la biodiversité planétaire, en particulier celle qui supporte notre système alimentaire. Notre dépendance à l’égard d’un petit groupe d’espèces, la destruction de l’habitat et le défrichement des terres, ainsi que l’épuisement incontrôlé des ressources sont des facteurs clés dans la disparition rapide de cette biodiversité : les systèmes vivants qui nourrissent la planète sont mis en pièces.

Le rapport de la FAO, qui a fait l’objet de recherches approfondies, est le premier du genre, et son sujet touche en plein cœur la mission de Slow Food.

Depuis 1996, le mouvement lutte et défend la nécessité de sauver la biodiversité de notre planète, notamment grâce à :

L’Arche du Goût, un catalogue d’aliments menacés de disparition, qui a récemment vu monter à son bord son 5000e produit.

Les 575 Sentinelles, qui habilitent et soutiennent les agriculteurs et producteurs travaillant en harmonie avec l’environnement et encourageant la biodiversité

Et en menant campagne contre le modèle actuel d’agriculture industrielle intensive, non durable et destructrice.

Slow Food travaille depuis longtemps aux côtés de la FAO pour développer des systèmes alimentaires et agricoles meilleurs pour les consommateurs, les producteurs et la planète. Et le Président de Slow Food, Carlo Petrini, est Ambassadeur spécial de la FAO pour l’Europe, preuve s’il en est de l’affinité profonde entre les deux organisations.

Le temps presse, nous devons inverser la tendance dans les dix prochaines années, sous peine de risquer un effondrement total et irréversible. Il s’agit de combiner les connaissances et technologies modernes avec les techniques traditionnelles et de redéfinir notre approche de l’agriculture et de la production alimentaire, en mettant la préservation de la biodiversité et l’écologie à égalité avec le profit et la productivité.

Il convient de s’orienter vers un système alimentaire qui protège la biodiversité et ce à tous les niveaux, des petits producteurs jusqu’aux plus hautes sphères politiques, en passant par la législation, comme la politique agricole commune (PAC) de l’UE.

Malgré les implications désastreuses du rapport, nous ne devons pas perdre espoir que les choses puissent changer : le succès des projets de Slow Food à travers le monde prouve que la coopération et l’action communautaire permettent de construire des alternatives viables, qui favorisent et protègent la biodiversité. Nous devons agir ensemble, et nous devons agir maintenant, pour sauver notre nourriture, pour sauver notre planète, pour nous sauver nous-mêmes.

Service presse de Slow Food International

internationalpress@slowfood.it – Twitter : @SlowFoodPress

Slow Food est une organisation citoyenne internationale qui défend la vision d’un monde où nous avons tous accès à des aliments bénéfiques pour nous-mêmes, pour ceux qui les produisent, mais aussi pour la planète. Slow Food rassemble plus d’un million de militants, des cuisiniers, des experts, des jeunes, des agriculteurs, des pêcheurs et des universitaires dans plus de 160 pays.

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno