Slow Food rejoint la coalition Save The Bees : citoyens et apiculteurs s’unissent contre les néonicotinoïdes au sein de l’UE !

api_neonicotinoidi_1

Dans les années 90, une nouvelle classe d’insecticides développée par Bayer et Syngenta appelée “néonicotinoïdes” est mise sur le marché européen. Rapidement, les apiculteurs rencontrent des taux de mortalité dramatiques dans leurs colonies, parallèlement à l’utilisation croissante d’imidaclopride, de thiaméthoxame et de clothianidine sur nos terres agricoles. De nombreuses régions agricoles se transforment en zones toxiques pour les abeilles et de plus en plus d’apiculteurs trouvent refuge dans les villes ou les zones plus sauvages.

Après de longues campagnes de sensibilisation, auxquelles Slow Food contribue activement, les apiculteurs et organisations environnementales obtiennent en 2013 une restriction de l’usage des “néoniques” au niveau européen : ces produits agrochimiques ne peuvent plus être utilisés sur les cultures attirant les abeilles. Pendant ce temps, des dizaines de nouvelles publications scientifiques confirment la toxicité de ces substances neurotoxiques sur les abeilles mellifères, mais aussi sur les abeilles sauvages, les papillons, les chauves-souris, etc. Des preuves mettent également en évidence que les restrictions de 2013 demeurent insuffisantes pour protéger les abeilles, car les néoniques contaminent tout l’environnement. Même lorsqu’ils traitent des cultures boudées par les abeilles, ils contaminent pour de nombreuses années les sols, atteignent les eaux de surface, contaminent le pourtour des champs, ainsi que le nectar et le pollen des fleurs sauvages, indispensables à l’alimentation des pollinisateurs. On dispose aujourd’hui de suffisamment de preuves pour demander une interdiction totale des néonicotinoïdes.

La Commission européenne a envoyé cette année une proposition de loi aux États membres prévoyant d’interdire purement et simplement les néonicotinoïdes. Il s’agit d’une étape importante, mais de nombreux gouvernements montrent une certaine réticence et la Commission européenne a besoin du soutien de tous les États membres pour instaurer une interdiction totale.

Ainsi, plusieurs ONG agissant dans le domaine des pesticides au niveau européen, y compris Slow Food, se sont rassemblées pour former la coalition Save the Bees, une plateforme d’organisations locales, régionales, nationales et européennes, agissant de concert pour faire pression sur les gouvernements afin d’obtenir le soutien d’une majorité d’États membres envers la proposition de la Commission visant à protéger les pollinisateurs des néonicotinoïdes. Les pollinisateurs nous sont aussi précieux pour vivre que la nature elle-même.

Il est plus que temps de développer un modèle d’agriculture qui les protège !

Martin Dermine

Coordinateur du projet Pollinisateurs

Pesticide Action Network Europe

 

Slow Food a mis en place au sein de l’Union européenne plusieurs Sentinelles visant à protéger les petits producteurs travaillant avec les abeilles, comme l’Hydromel polonais, l’Abeille Noire belge ou les Miels de haute montagne du nord de l’Italie. Nous continuons de jouer un rôle actif dans la campagne contre l’utilisation des pesticides au sein de l’Union européenne et promouvons l’importance du travail effectué par ces petits producteurs pour défendre la biodiversité et l’avenir de l’agriculture européenne.

Pour en savoir plus 

Les projets autour des abeilles de la Fondation Slow Food pour la biodiversité

 

 


  • Cette page vous a-t-elle appris quelque chose ?
    ¿Has aprendido algo nuevo de esta página?
    Você aprendeu alguma coisa nova nesta página?
    Haben Sie auf dieser Seite etwas Neues gelernt?
    Узнали ли вы что-то новое на этой странице?

  • yes   no