Slow Food 2.0 : le tour du monde en six nouvelles communautés

collage comunità Slow FoodDans plusieurs pays, le réseau Slow Food s’active pour construire les nouvelles communautés. Nous vous proposons un petit tour du monde pour découvrir les premiers exemples, qui ont vu le jour au cours des derniers mois.

Protéger la biodiversité avec les bonnes pratiques

La communauté Slow Food des éleveurs de poulets mushunu de Molo – Kenya

La communauté compte 37 personnes qui, entre autres activités, élèvent des poulets mushunu de Molo (une Sentinelle Slow Food) et sont engagées dans les activités des jardins en Afrique. Ce groupe s’attache depuis 2009 à préserver la biodiversité de la région, notamment à travers la protection de la race de poulet locale. L’objectif principal de cette communauté est de développer l’élevage de cette race et de sensibiliser les consommateurs au risque de disparition de la nourriture traditionnelle. Grâce à la communauté, il sera possible de participer à des évènements et des rencontres dans la région et de commencer à cultiver les produits de l’Arche du goût. La communauté travaillera aussi en lien étroit avec Slow Food Kenya pour recueillir des fonds destinés à des projets de protection de la biodiversité à travers le pays.

L’apprentissage du goût et le réseau des cuisiniers

La communauté Slow Food Bilbao Ostalaritza Eskola – Bilbao (Espagne)

L’apprentissage du goût, le rôle fondamental des cuisiniers sont au cœur des actions de la communauté Slow Food Bilbao Ostalaritza Eskola. Les membres sont des professeurs de l’école hôtelière locale engagés dans la création d’un potager avec des variétés locales, dont certaines font partie de l’Arche du goût. Ils développent également une collaboration intéressante dans l’espace Basque Food Lab, sur le campus de la Superior School of Hospitality de Bilbao : un laboratoire pédagogique pour la recherche et le développement où se dérouleront de nombreuses activités avec les étudiants et les producteurs locaux. De plus, la communauté s’engage à soutenir le projet international de l’Alliance Slow Food des cuisiniers, par une contribution annuelle.

La synergie du réseau local pour protéger des variétés anciennes

Communauté des gardiens de châtaigniers – Val Mongia – Piémont (Italie)

Ce groupe rassemble plus de 20 producteurs de châtaignes et militants du territoire de Val Mongia, au sud du Piémont, une région connue pour ses châtaigniers centenaires. La communauté propose un double objectif : défendre le paysage et protéger la biodiversité de la région, d’une part, et d’autre part sensibiliser l’opinion publique à l’importance de ce patrimoine par la création de véritables projets sociaux (en partenariat avec des associations qui travaillent avec des migrants et des personnes en situation de handicap). Pour ce faire, elle œuvrera en faveur du retour à de bonnes pratiques (le pâturage des vaches piémontaises traditionnelles et par conséquent l’utilisation d’engrais naturel, l’élagage, le bouturage…), pour améliorer les techniques de séchage, lancer des collaborations avec des universités et des instituts de recherche afin d’améliorer la production. La communauté organisera également des laboratoires et des évènements ludiques et pédagogiques, et travaillera à la création d’un mémoire historique (écrit et visuel) de la production, en recueillant des témoignages oraux et documentaires.  Enfin, elle s’engage à soutenir l’Arche du goût de Slow Food par une contribution annuelle.

Une nouvelle communauté du réseau autochtone

La communauté autochtone Chumbi de l’Équateur pour la valorisation des aliments traditionnels

Fondée par 15 membres, la communauté autochtone mêle plusieurs groupes de populations parmi lesquels les Kichwa, les Otavalo, les Karanqui, les Cañari, les Puruwa, les Saraguro, les Cayambis et les Kitukaras. Ils sont unis, notamment, par la volonté de protéger leur propre souveraineté alimentaire, et par la lutte pour l’accès à la terre. L’objectif premier est de réunir les communautés autochtones du pays pour valoriser leurs cultures gastronomiques, à travers l’organisation d’actions de soutien aux producteurs, la participation aux organes de gouvernance du réseau, la sensibilisation liée aux techniques et aux savoirs traditionnels, ainsi que la promotion des projets Slow Food. En particulier, les membres veulent animer des séances d’apprentissage et de partage, notamment des rencontres sur les thèmes des graines, l’agroécologie andine, le droit à la terre et à l’eau. Le groupe prévoit un évènement international visant à placer au centre du débat les peuples autochtones, leurs savoirs et les produits importants liés à leurs traditions. La communauté s’engage, enfin, à soutenir par une contribution annuelle les projets liés à la protection de la biodiversité, notamment l’Arche du goût et les Sentinelles.

Un projet pour les jeunes des zones rurales

La communauté des jeunes d’Astana – Astana (Kazakhstan)

Cette communauté a vu le jour pour promouvoir les grandes thématiques de Slow Food auprès des jeunes générations, aussi bien dans les zones urbaines que dans les zones rurales qui, encore aujourd’hui, sont marquées par de profondes disparités à travers le pays. Le groupe s’engage principalement à préserver les savoirs gastronomiques traditionnels en organisant des activités pour soutenir les jeunes paysans et leur permettre de rester sur leurs terres. Il compte pour cela sur la création d’une plateforme en ligne (bauyrsak.kz) qui permettra de partager les expériences, les savoirs, les problèmes rencontrés et les solutions trouvées. Des rencontres régionales auront lieu pour tous les militants d’Asie centrale. Parmi les grands évènements au programme, se trouve la Disco Baursak, une disco soupe consacrée non seulement au gaspillage alimentaire, mais aussi à la durabilité écologique. Le programme propose aussi le marathon du goût, un voyage à travers les régions rurales, à la découverte de savoirs et de recettes traditionnelles qui pourront être catalogués. Cette communauté prévoit enfin de soutenir par une contribution annuelle le projet international des jardins pédagogiques.

La production de fromage au lait cru pour protéger les petites entreprises locales

La communauté Slow Food pour la valorisation de la production de fromages au lait cru au Québec – Canada

Cette communauté rassemble plus de 15 personnes, dont des producteurs québécois de fromage au lait cru et des militants du réseau. Fermement opposée à l’industrialisation des productions laitières et aux traités internationaux comme le CETA, la communauté mise sur la création d’une Sentinelle impliquant non seulement les producteurs de lait cru du pays, mais aussi tous ceux qui travaillent dans la filière des produits laitiers. C’est son objectif principal. Les actions de la communauté seront principalement consacrées à l’organisation d’une campagne de communication pour sensibiliser l’opinion publique, et au développement d’une activité de plaidoyer auprès du gouvernement en faveur de la garantie du droit de produire du fromage au lait cru, protégeant ainsi les petits producteurs artisanaux. Cette communauté s’engage aussi à soutenir le projet international des Sentinelles Slow Food, par une contribution annuelle.

 

  • Did you learn something new from this page?
  • yes   no