Resilience Fund : le projet de soutien des pêcheurs de la Sentinelle Slow Food de la prud’homie méditerranéenne est présenté aujourd’hui

Soutenue par FPT Industrial, cette initiative de Slow Food vise à promouvoir des projets collectifs avec un fort impact social et durable, en les aidant à développer leur potentiel de transformation du système alimentaire.

La plateforme en ligne de www.terramadresalonedelgusto.com accueille aujourd’hui la présentation du projet de soutien des pêcheurs membres de la Sentinelle Slow Food de la Prud’homie méditerranéenne qui incarne un système collectif de production alimentaire en parfait accord avec les principes fondamentaux de Slow Food.

Avec l’aide de FPT Industrial, Slow Food a choisi cette organisation comme modèle de changement nécessaire pour affronter les défis liés à la crise environnementale et sanitaire, en décidant de financier les prochaines actions du collectif afin d’accélérer les transformations innovantes mises en place.

Didier Ranc, patron-pêcheur de la Prud’homie, interviewé par la journaliste Elisabeth Tempier sur le port de La Seyne-sur-Mer – Saint-Mandrier (Provence-Alpes-Côte d’Azur), nous explique : « La Prud’homie est une organisée créée au Moyen-Âge pour gérer les biens communs d’un territoire, et notamment la pêche. Elle réglemente les activités d’une communauté sur une zone spécifique, définissant par exemple où et quand les pêcheurs peuvent sortir en mer. Cette gestion collective des ressources marines garantit la viabilité économique des pêcheurs, mais également la durabilité des ressources environnementales. La Sentinelle Slow Food a permis de faire reconnaître ce modèle de gouvernance collective initié par une flotte réduite de petits bateaux de pêche, allant à l’encontre des tendances actuelles, et notamment de la politique européenne qui favorise la pêche industrielle et se base sur le principe de privatisation des quotas et des ressources. »

La Prud’homie, qui comprend notamment quelques jeunes membres, cherche à valoriser la filière locale, ce qui nécessite des travaux de modernisation des infrastructures de transformation et de conservation du poisson. C’est là qu’intervient FPT Industrial, du groupe CNH Industrial. Daniela Ropolo, responsable des initiatives durables de CNH Industrial, a déclaré : « En soutenant ce projet, nous avons décidé de faciliter et d’accélérer un changement vertueux. Nous sommes fiers de cette initiative qui favorise la transformation durable par le biais de projets concrets mis en œuvre grâce à Slow Food. FPT approuve et respecte les valeurs d’intégration sociale, de respect du paysage et de l’environnement marin et de défense de la biodiversité de la Prud’homie. »

Concrètement, le financement du projet permettra d’améliorer la performance de la filière courte et de la chaîne du froid, en optimisant le travail des pêcheurs dès le débarquement du poisson, ainsi que les étapes de manipulation, de transformation et de tri de la pêche du jour dans des conditions adaptées, hygiéniques et efficaces. Les fonds serviront notamment à rénover un bâtiment public situé sur le port communal et à équiper les locaux de chambres froides et de matériel destiné au traitement de la pêche du jour, créant ainsi plusieurs emplois. Selon Didier Ranc, « c’est un projet indispensable pour notre avenir ».

Paula Barbeito, coordinatrice du réseau Slow Fish de Slow Food ajoute : « Nous avons décidé de créer le Resilience Fund pour offrir une aide concrète à nos producteurs et améliorer les conditions actuelles des communautés concernées. Nous avons choisi la Prud’homie, car elle joue un rôle fondamental dans la protection des ressources marines, en limitant par exemple les quantités et variétés de poisson pêché. Ces pêcheurs sont très attachés à leur territoire ; ils garantissent la pérennité d’un système économique local et d’une tradition socioculturelle très ancienne ».

Toujours avec le soutien de FPT Industrial, Slow Food a également choisi et lancé une autre initiative : la création d’une « food forest » en Sicile, sur des terrains confisqués à la mafia et impliquant des personnes en réinsertion : le projet des coopératives Valdibella et NoE.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Resilience Fund de Slow Food

Cliquez ici pour en savoir plus sur le financeur FPT Industrial, du groupe CNH Industrial

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno