Récits de 30 ans d’histoire Slow Food : Agroécologie et émancipation en Sierra Leone

Le réseau communautaire de Slow Food, qui couvre toute la planète, du Mexique à Taïwan, place son engagement sous le signe d’une approche participative pour garantir une alimentation bonne, propre et juste pour tous. Cette association de groupes disparates à des endroits spécifiques, guidés par la philosophie Slow Food, a permis au mouvement de proliférer jusqu’aux quatre coins du monde.

Dans les collines de Segbwema, une ville du district de Kailahun à l’est de la Sierra Leone, 25 habitants de tous les âges se sont réunis pour former la Communauté traditionnelle Slow Food Segbwema Mende le 30 juillet 2019. « Le réseau Slow Food est le moyen idéal de mettre en avant des innovations pertinentes et durables nécessaires pour relever les grands défis du 21e siècle : le changement climatique, la surpopulation, l’urbanisation, la demande croissance en nourriture, énergie et eau, la pauvreté et l’accès aux soins de santé » expliquent les membres de la communauté.

Dans un contexte de mécanisation croissante de l’agriculture, d’utilisation de monocultures importées et d’engrais, qui a entraîné la disparition des variétés de semences locales et des techniques de culture traditionnelles, le groupe a cherché à « promouvoir les aliments locaux, la cuisine traditionnelle et la production alimentaire durable en favorisant l’agriculture biologique. Cela nous a permis de créer des interconnexions sol-plantes, plantes-animaux et animaux-sol, et de développer un système agro-écologique durable basé sur les ressources locales » déclare Fatmata Mansaray, porte-parole de la Communauté traditionnelle Slow Food de Segbwema Mende.

C’est en participant à l’évènement Terra Madre Salone del Gusto, le festival consacré à l’alimentation organisé à Turin tous les deux ans, qui met en avant des spécialités du monde entier incarnant les valeurs de Slow Food, que Mansaray, qui a joué un rôle vital dans la formation de ce groupe, a puisé l’énergie nécessaire pour amorcer un changement dans sa communauté. « Cette manifestation m’a fait réfléchir à une façon de contribuer à la philosophie Slow Food. L’enjeu principal était de comprendre comment réussir à travailler en équipe et à utiliser le talent de chacun pour changer le monde, en commençant par les modes de production et de consommation de notre alimentation », ajoute-t-elle.

La Communauté organise des évènements et des débats, monte des projets en collaboration avec des producteurs tels que le « School Feeding Program » et l’initiative « Kola Nut Traditional Storytelling ». Par ailleurs, elle finance et participe activement à la création de jardins potagers dans le cadre du projet Slow Food 10 000 jardins potagers en Afrique.

« Le projet des jardins potagers est un véritable succès. Non seulement il permet à de nombreuses familles de vendre l’excédent de production et de dégager des revenus, mais il a également contribué à l’épanouissement des participants qui ont été nombreux à découvrir le bonheur d’aider les autres et de partager sa nourriture, ses semences et ses connaissances. Les potagers ne se limitent pas à fournir des fruits et des légumes, mais sont de véritables leviers d’émancipation » déclare Mansaray.

Dans les écoles, « le projet des jardins potagers permet aux enfants d’apprendre des connaissances de jardinage et d’acquérir des bases commerciales. Ils découvrent également les variétés de plantes locales et techniques de cultures durables et écologiques. En leur apprenant à avoir un régime diversifié et équilibré, nous découvrons l’impact considérable de l’alimentation sur la vie d’un enfant, de sa santé à sa réussite scolaire », explique-t-elle.

La mise en place des techniques d’agriculture biologique adoptées par la communauté est malheureusement limitée par le manque d’outils de jardinage adaptés. Malgré cela, le groupe réussit à répondre à la demande croissante des clients au sein du Farm Gate Market qu’ils ont créé. « Nous avons beaucoup de commandes, qui viennent principalement de résidents locaux. Le Farm Gate Market est une vraie réussite, car il offre à nos clients l’opportunité de savoir exactement ce qu’ils consomment.  Mais le plus beau cadeau des jardins potagers est de permettre aux femmes qui participent au projet de contribuer à l’éducation de leurs enfants et aux dépenses de leur famille », conclut Mansara.

Cette année, nous célébrons le 30e anniversaire du manifeste Slow Food – un évènement majeur dans l’histoire du mouvement et de ses activités. Pour marquer cette occasion, nous avons lancé la campagne internationale « Les 30 ans du Manifeste Slow Food – Notre Alimentation, Notre Planète, Notre Futur » pour célébrer notre histoire et continuer à agir pour le futur de la planète. Au cours des prochaines semaines, nous mettrons en avant les projets de notre réseau qui défendent une alimentation bonne, propre et juste pour tous dans le monde entier.

Soutenir Slow Food, c’est aider à financer des projets qui accompagnent les communautés locales, protègent la biodiversité et font de la souveraineté alimentaire une réalité pour tous.

Aide-nous à célébrer 30 ans d’action Slow Food en faisant un don ou en participant à un évènement de collecte de fonds dans ta région.

#SlowFood
#SlowFoodManifesto

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno