Le mois des producteurs : quand l’agriculture vient en aide au climat !

Au mois de novembre, la campagne Food for Change se poursuit. Cette campagne internationale de Slow Food repose sur le rapport entre alimentation et changement climatique. Après avoir œuvré à vos côtés pour le Challenge Food for Change, il est temps de mettre les producteurs à l’honneur. C’est ce que Slow Food compte faire à travers son réseau mondial.

« Nous devons avoir le courage de transformer ce problème en opportunité », explique José Antonio Casimiro Gonzalez, membre de Slow Food et paysan cubain. « Le changement climatique est une réalité à laquelle nous ne pouvons plus échapper, surtout dans les Caraïbes où nous en subissons les effets au quotidien. Ma ferme a été détruite par une tornade l’année dernière. La nature nous le demande : nous devons changer, renverser la vapeur et favoriser des pratiques agroécologiques, en faire un modèle de vie. Enfin, il faut accorder toute notre attention aux producteurs locaux qui se sentent souvent abandonnés, relégués au dernier rang. Il faut les valoriser, faire comprendre au public que manger un aliment qui a une âme, c’est différent. C’est par là que commence le changement. »

C’est avec cet état d’esprit que Food for Change, la campagne de Slow Food, veut mettre à l’honneur en novembre ceux qui produisent des aliments bons, propres et justes. Les héros qui, tous les jours, cultivent la terre avec amour et prennent soin de la planète et du climat.

« Si l’on m’avait dit que j’allais travailler la terre, il y a 10 ans de cela seulement, je ne l’aurais pas cru », raconte Roberta Billitteri, productrice de haricots Badda et de poivrons de Polizzi Generosa, deux Sentinelles Slow Food en Sicile. « J’avais décidé d’œuvrer pour changer le monde, mais je pensais m’y prendre autrement. Puis j’ai compris que pour cela, il fallait travailler la terre, se salir les mains. J’ai compris que mère nature nous apprend à travailler selon des règles qui ne peuvent être changées. Et ce travail s’exécute avec savoir et dignité, dans le partage de valeurs et en impliquant sa propre communauté. »

La protection des productions locales et a fortiori des petits producteurs, c’est également une solution clé en Afrique.

« Le changement climatique est bien réel aussi au Burkina Faso », affirme Jean Marie Koalga, conseiller Slow Food pour l’Afrique occidentale. « Le niveau de précipitations en témoigne, avec toujours plus de phénomènes violents, aussi bien des épisodes de sécheresse que d’inondations. Comment faire pour atténuer ces phénomènes ? La réponse ne peut résider dans la logique des OGM, des monocultures et des produits chimiques de synthèse. Pour nous, la réponse se trouve dans les communautés, dans la découverte des produits locaux et des pratiques agricoles traditionnelles qui s’adaptent mieux au contexte environnemental. La réponse au changement climatique, c’est la protection de la biodiversité, mais aussi des producteurs qu’il faut sensibiliser à l’importance de leur propre travail. Il faut également les récompenser. »

Comment participer au Mois des producteurs ?

Plusieurs actions sont possibles, de l’organisation d’évènements pour mettre les producteurs à l’honneur, à la remise de récompenses pour diffuser leurs histoires et la connaissance de leurs produits.

Voici quelques idées pour mettre à l’honneur vos producteurs de confiance

Tous ensemble au marché paysan

Organisez un goûter, un déjeuner ou un apéritif pour les producteurs du marché paysan le plus proche de chez vous. Ce sera une belle occasion de passer du temps ensemble et de les remercier pour leur engagement !

Repas, dîners, disco soupes…

Pique-niques, dîners à la maison, déjeuners ou repas dans les écoles, dans les entreprises agricoles ou dans les espaces publics… autant d’idées pour partager le plaisir d’une alimentation bonne, propre et juste avec un public plus large. En invitant les producteurs, les participants peuvent apprendre à connaître et à apprécier la gastronomie locale. Ces occasions permettent aussi de rappeler que la gastronomie est un plaisir, une culture qui rime avec convivialité.

Une visite de l’exploitation agricole

Visiter une ferme, c’est une excellente occasion de renforcer les liens entre producteurs et consommateurs. On en retire une expérience pédagogique directe, qui permet au public de découvrir de nouveaux produits, d’apprendre des producteurs et de voir en direct le modèle de production que nous nous engageons à défendre.

Des activités sur l’éducation alimentaire

Les activités centrées sur l’éducation alimentaire prennent différentes formes et peuvent être organisées pour un public plus large : enfants et adultes, enseignants, producteurs, membres de Slow Food et sympathisants. Ces activités peuvent inclure des initiatives dans des jardins pédagogiques, des dégustations sous l’égide d’un producteur local, des échanges intergénérationnels, ou encore des laboratoires. N’oubliez jamais d’impliquer les producteurs de votre région.

Créez un prix spécial et lancez un évènement

Choisissez de récompenser un groupe de producteurs pour leur engagement en faveur de l’environnement et de la biodiversité. Organisez une rencontre, racontez leurs histoires et impliquez autant de personnes que possible.

Alors qu’attendez-vous ? Rejoignez-nous !

  • Did you learn something new from this page?
  • yes   no