La Slow Food Academy on Agroecology 2020 a commencé !

La première session de l’Académie Slow Food d’agroécologie, intitulée “Agriculture du futur”, a accueilli 40 participants de différents pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale (Ouganda, Kenya, Tanzanie République démocratique du Congo) le premier week-end de février, en Ouganda et au Kenya.

Ce cursus de quatre mois entend former de jeunes producteurs et exploitants à l’agriculture durable. Il a été élaboré grâce à l’expérience et l’expertise gagnées par les réseaux de Slow Food au Kenya et en Ouganda, en diffusant les pratiques agroécologiques et en redonnant de la valeur à la biodiversité locale à travers différents projets, tels que les Jardins potagers en Afrique. L’académie s’articule autour de différentes sessions, chacune abordant un aspect de la vision pluridisciplinaire de l’agriculture qu’est l’agroécologie.

De jeunes agriculteurs et agronomes, des agents agricoles et enseignants, des journalistes et des étudiants composaient le groupe de participants.

« L’agroécologie à l’échelle artisanale a des impacts positifs sur la qualité de l’environnement, le tissu social des communautés agricoles et promeut des systèmes économiques équitables permettant une participation plus inclusive : c’est ce qui m’intéresse dans l’agroécologie » explique Stephano Msuya, un étudiant tanzanien impliqué dans le Marché de la Terre de Mangulwa.

Première session

La première session de l’académie offrait une introduction à Slow Food et à l’agroécologie. Les participants ont ainsi découvert la philosophie d’une alimentation bonne, propre et juste pour tous, les projets de l’Arche du Goût, des Sentinelles, des Jardins Slow Food, de l’Alliance des chefs, des Marchés de la Terre et des évènements et campagnes du mouvement.

« L’agroécologie est cruciale pour rétablir un lien plus direct entre ceux qui cultivent la nourriture et ceux qui la consomment, » explique Kamanyire Nixon, forestier de la School of Forestry, Environment and Geographical Studies (Institut de foresterie, environnement et études géographiques) de l’université de Makerere en Ouganda. Il a mené la session sur l’agroécologie et ainsi expliqué qu’un agroécosystème n’est pas exclusivement déterminé par des facteurs environnementaux, mais aussi par d’importants facteurs sociaux.

Au Kenya, M. Majanga, expert en agroécologie et professeur d’agriculture durable au Baraka Agricultural College (institut universitaire agricole promouvant l’agriculture durable et le développement rural en Afrique de l’Est), a éclairé les participants sur les concepts clés de l’agroécologie : sécurité et souveraineté alimentaire (droits à la nourriture, à la terre, aux semences et à d’autres ressources), agriculture familiale et durabilité, biodiversité et systèmes de connaissances autochtones.

Dans les deux groupes, le rôle crucial de l’agroécologie dans la diminution et l’adaptation au changement climatique est reconnu et souligné. Outre son importance dans l’amélioration de la résilience des exploitations familiales, cette session abordait également sa capacité à fournir une alimentation saine et nutritive et à améliorer les économies locales.

 

Visites de terrain

En Ouganda, les participants ont effectué une visite de terrain dans le sous-comté de Ssi (canton de Buikwe), dans le but de créer des plateformes de service communautaire. Ils ont rencontré Ssemwezi Sulait, l’un des principaux exploitants artisanaux du canton. M. Sulait leur a expliqué comment la diversification des cultures l’avait aidé à combattre les différentes menaces climatiques, comme par exemple la sécheresse. « Mon jardin est comme une équipe de foot, avec un gardien de but, des défenseurs, des centres et des attaquants. Cette vision m’aide à diversifier les plantations de manière à ce que chaque culture joue un rôle pour les autres, comme c’est le cas sur un terrain de foot. »

Au Kenya, les étudiants de l’académie ont visité la ferme du Baraka Agricultural college, site de travaux pratiques en matière d’agroécologique et d’agriculture durable, ainsi que le rucher de Baraka. « Les abeilles produisent du miel qui, en plus d’être nourrissant et sucrant, intègre également la préparation de confiseries et de médicaments pour différentes communautés, comme le peuple autochtone Ogiek. Les abeilles jouent également un rôle important dans la pollinisation des cultures, contribuant ainsi à accroître la production alimentaire. En pollinisant les plantes sauvages, y compris les arbres de la forêt, les abeilles leur donnent un rôle écologique vital dans la conservation de la biodiversité et la conservation de paysages attractifs, » explique le professeur Majanga.

La visite était également l’occasion pour les participants de voir comment l’interaction entre élevage, production et fertilisation, permet de maintenir la vitalité du sol sans recourir à des intrants.

Développement de l’esprit d’équipe et réflexion

Construire une équipe forte était l’un des objectifs de cette session. Les participants ont assisté à une session de développement de l’esprit d’équipe visant à tisser des liens au sein de leur groupe.

« Tous les participants, et surtout les plus jeunes, ont pu comprendre les dynamiques du système alimentaire. Nous sommes des ambassadeurs censés promouvoir une alimentation bonne, propre et juste pour tous, » conclut John Kiwagalo, coordinateur du Slow Food Youth Network (Réseau des jeunes) en Ouganda et en Afrique.

L’académie est un volet du projet « Bâtir des économies locales en Afrique de l’Est grâce à l’agroécologie », soutenu par l’Agroecology Fund (Fonds pour l’agroécologie). Les prochaines activités du projet prévoient la mise en place d’environ 50 nouveaux jardins Slow Food dans les écoles et communautés des quatre pays impliqués (Ouganda, Kenya, Tanzanie et République démocratique du Congo). À compter de mars 2020, le projet envisage l’organisation de six évènements locaux favorisant la collaboration entre producteurs, consommateurs et institutions locales, ainsi que des actions de sensibilisation à l’importance d’une alimentation locale, de saison et durable.

 

  • Did you learn something new from this page?
  • yesno