Tigri Slow Fish 2019 : un événement célébré par toute la communauté de Sidi Bou Nouar !

22 Jan 2020

Le mois dernier, j’ai eu la chance d’assister à l’un des événements Slow Food les plus sincères que j’aie jamais vus : Tigri Slow Fish 2019. L’évènement a eu lieu à Sidi Bou Nouar, petit village du Maroc surplombant l’océan Atlantique, où la pêche est la principale activité et concerne tout un chacun, hommes et femmes, sans distinction.

Ce petit village, qui compte une centaine d’âmes, a rassemblé plus d’un millier de personnes pour Tigri Slow Fish, qui s’est tenu les 7 et 8 décembre derniers. Le « Festival Tigri » fête sa sixième édition, dont deux années dans le giron de « Slow Fish ». Beaucoup de gens apprécient l’évolution de cette manifestation, devenue grâce aux activistes « Slow Food » un véritable moment d’éducation et de sensibilisation, outre que de fête.


 width=

Le mot tigri vient d’un terme Amazigh lié à la culture de la mer et notamment à la pêche traditionnelle. Il désigne à la fois la cueillette des fruits de mer qui constituent l’une des principales ressources alimentaires des habitants de la région et la période du mois (calendrier lunaire) pendant laquelle elle se pratique. width=

L’événement a rassemblé plusieurs producteurs des coopératives locales et proposé ateliers de cuisine et dégustations organisés par les Conviviums locaux et le SFYN. Trois conférences se sont succédé, donnant la parole à des pêcheurs expérimentés, des pêcheuses qui pratiquent récolte et la transformation des fruits de mer et à des coopératives locales. L’événement a également proposé des activités éducatives pour les enfants (ateliers de composition artistique avec des coquilles de fruits de mer) et un concours de lancer de canne à pêche sur la plage.

Enfants, jeunes et adultes du village ont également participé à une campagne de ramassage des déchets plastiques sur la plage (avec sept sacs d’ordures collectés) et un concours de cuisine locale, auquel 38 femmes de deux villages ont participé. La projection du documentaire « Les voix des invisibles », abordant l’état des océans et des populations vivant en bord de mer, a également été accompagnée d’une présentation et de commentaires de sa réalisatrice française, Mathilde Junot. width=

Pour la première fois cette année, le concours de cuisine a préparé au moins 15 plats presque disparus de la cuisine locale car considérés «pauvres». Comme l’année dernière, seuls les véritables plats locaux et traditionnels ont pu participer : les plats « riches » (à base de poissons rares et de produits importés) ont disparu du festival et une attention beaucoup plus grande a été accordée à l’origine des ingrédients.

Les trois plats gagnants de l’édition 2019 ont été un couscous maison aux moules, escargots de mer et légumes de saison locaux et deux plats totalement absents l’année dernière : un tajine d’escargots de mer à l’huile d’argan et l’alhadda aux fruits de mer (ce plat à base de farine de maïs ou de sorgho se situe entre le couscous et la polenta). Ce dernier a eu tant de succès qu’un groupe de Tiznit a réservé un déjeuner d’alhadda à Sidi Bou Nouar immédiatement après le festival.


 width=

Slow Food travaille avec les femmes du village pour créer une Communauté Slow Food et définir ensemble les critères de la future Sentinelle des Fruits de mer Tigri. Ce projet compte quarante femmes, dont le processus d’émancipation s’appuie sur la reconnaissance de leur rôle social et économique. Celui-ci a commencé avec l’organisation de Tigri Slow Fish et la promotion des fruits de mer, grâce aussi à la première coopérative africaine de récolte et transformation de moules, installée à Douira. Sidi Bou Nouar et Duira représentent deux des sept villages littoraux de Souss-Massa, une zone de culture Amazigh dont la population vit principalement de la pêche.

L’idée est d’accompagner la création d’une Sentinelle liée à la récolte et transformation des fruits de mer Tigri, en impliquant progressivement tous les villages, à commencer par les femmes de Sidi Bou Nouar et de Duira. La participation de plusieurs membres de la communauté à différents évènements Slow Fish (à Gênes, en Tunisie et au Maroc), ainsi qu’à Terra Madre à Turin, a représenté une véritable école de « philosophie Slow Food » et d’inspiration à l’action!

 width=

L’invité d’honneur de l’événement était le chef italien Pino Maggiore, membre de l’Alliance Slow Food des Chefs et propriétaire de la trattoria Cantina Siciliana. Il a préparé en direct son célèbre cuscusu à la trapanese, enchantant de nombreux curieux devant son stand. Il a également dit avoir hâte de participer à la prochaine édition et, tout comme moi, de ressentir à nouveau toute cette énergie. Vive Tigri Slow Fish !

 width=

La 6e édition de Tigri Slow Fish a été organisée en collaboration avec le Conseil provincial de Tiznit, la commune rurale d’Aglou, la Fondation Joud, le RPESS Tiznit grâce au soutien de Lighthouse Foundation et Slow Food.

 

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter