Slow Food : Les propositions du Parlement Européen pour limiter l’utilisation du glyphosate sont insuffisantes

14 Avr 2016

glyphosate-800x450

 

 

 

 

Dans une résolution non contraignante le Parlement Européen a appelé à une interdiction de tout usage des herbicides ayant pour base le glyphosate dans les espaces verts publics et privés, mais également de leur diffusion dans et autours des parcs publiques, des aires de jeux, et des jardins. Les eurodéputés ont aussi appelé à des restrictions à l’utilisation de ces herbicides en agriculture pendant la période qui précède la récolte, et ont déclaré qu’une nouvelle licence pour le glyphosate devrait être limitée à sept ans au lieu de quinze.

Pour Ursula Hudson, présidente de Slow Food Allemagne : «  Slow Food regrette que le Parlement Européen ait manqué une opportunité d’envoyer un message politique clair à la Commission et aux Etats-membres. L’UE ne devrait toutefois pas prendre de décision finale avant que les impacts sanitaires et environnementaux potentiels du glyphosate, entre autre son potentiel cancérogène et d’affection du système endocrinien, n’aient été totalement établis. Alors que les effets du glyphosate n’ont pas été clarifiés, il est alarmant de constater que son utilisation à l’échelle mondiale s’est vue multipliée par 260 durant les 40 dernières années. Il est demandé aux décideurs de prendre en compte que le système alimentaire industriel, avec son usage excessif des herbicides et pesticides, impose des externalités environnementales, sociales et économiques négatives et compromet les autres ressources naturelles telles que l’eau et le sol. Une transition des politiques et règlementations européennes soutenant le système alimentaire industriel actuel en direction d’une politique alimentaire soutenant des systèmes agricoles exemplaires n’entrainant pas de coûts cachés pour l’environnement ou la santé humaine, s’avère nécessaire. »

Le glyphosate est largement utilisé dans l’agriculture, la foresterie, les zones publiques et les jardins privés. L’utilisation de cette substance est si courante qu’on en retrouve désormais dans les aliments, les boissons et dans le corps humain (y compris des bébés et enfants).

L’usage répandu du glyphosate a conduit à l’émergence et à la propagation de mauvaises herbes résistantes, contraignant les agriculteurs à épandre davantage d’herbicides. Ceci affaiblit petit à petit les cultures au lieu de les protéger, en immobilisant les nutriments des sols, surtout ceux présents sous forme de traces, et promeut le développement de champignons pathogènes poussant les agriculteurs à utiliser davantage de produits pesticides pour pallier ces maladies.

*Contexte :
En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (IARC) de l’OMS a émis un rapport classant le glyphosate comme “probablement cancérogène pour l’homme”. De nouvelles preuves sont venues documenter la présence généralisée du glyphosate dans nos aliments et nos corps après des années d’utilisation.
En novembre 2015, l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) est arrivée à la conclusion contraire sur la base de rapports émis par l’industrie. Il y est mentionné que le glyphosate ne pose aucun “danger cancérogène pour l’homme” ni aucun autre danger sanitaire, ouvrant la voie à son renouvellement en juin, date à laquelle l’autorisation actuelle expirera.
Le 8 mars, le comité permanent des végétaux, des animaux et des denrées alimentaires (comité PAFF) de l’UE a repoussé sa décision lorsque l’Italie s’est jointe à la France, aux Pays-Bas et à la Suède dans l’opposition à une autorisation du glyphosate pour quinze nouvelles années. Le comité permanent doit voter sur la question en mai.

Slow Food a signé la pétition Stop Glyphosate initiée par We Move et mène différentes actions au niveau européen et national pour informer des risques du glyphosate, en collaboration avec les ONG environnementales et de santé publique européennes.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter