Sateré-Mawé reçoivent le « Nobel vert » de United Earth

24 Avr 2023

Fondé sur les mêmes valeurs que le prix Nobel de la paix, le prix United Earth Amazonia a été créé par la famille Nobel dans le but de sensibiliser le public à la nécessité d’unir les peuples et les nations de la Terre pour construire un avenir collectif et durable.

 width=

La cérémonie de remise du premier prix (également connu sous le nom de « Nobel vert ») s’est tenue il y a quelques jours à Manaus, capitale de l’État brésilien d’Amazonas. Selon les estimations des Nations unies, le monde compte au total 476 millions d’autochtones répartis dans 90 pays, chacun ayant sa propre langue, sa propre culture et ses propres terres. Environ 150 millions d’entre eux vivent dans des sociétés tribales.

Les peuples indigènes sont les gardiens les plus efficaces de la biodiversité mondiale, et c’est particulièrement vrai au Brésil, où se trouve l’une des forêts tropicales les plus préservées au monde. La lutte pour protéger leurs terres de l’exploitation minière et de la déforestation a été brutale et sanglante, en particulier au cours des dernières années du gouvernement de Jair Bolsonaro, lorsque la pandémie a été utilisée comme couverture pour poursuivre les activités illégales de déforestation et d’accaparement des terres.

L’Amazonie est devenue un symbole international de la lutte pour la défense de la biodiversité : Ses forêts et ses prairies, traversées par des fleuves, abritent plus de 10 % des espèces sauvages identifiées dans le monde. Cet écosystème des plus riches joue un rôle crucial dans la stabilisation du climat mondial, en piégeant le carbone et en façonnant les modèles météorologiques. Mais malgré la lutte des peuples indigènes et des défenseurs de l’environnement, il souffre toujours d’une déforestation constante et généralisée, qui menace non seulement la biodiversité de son biome, mais aussi la survie de l’humanité sur cette planète.

Il n’est donc pas surprenant que le tout premier Prix United Earth Amazonia ait été décerné aux Sateré-Mawé et à l’un de ses meneurs, Obadias Batista Garcia, initiateur du “projet intégré d’éco-ethno-développement Waranà”, dont la communauté de plus de 20 000 personnes réparties dans quelques 120 villages lutte pour sa survie culturelle et physique et pour assurer sa souveraineté alimentaire dans une région de 8 000 kilomètres carrés autour des sources des fleuves Andirá et Márau.

Soutenir les communautés indigènes et leurs systèmes alimentaires traditionnels signifie préserver la biodiversité mondiale. C’est pourquoi Slow Food travaille avec les Sateré-Mawé depuis 2002, date à laquelle la Sentinelle du Sateré-Mawé Native Waraná  a été créée.

Dans la forêt, les Sateré-Mawé récoltent les jeunes pousses issues des graines tombées aux pieds des « mères de waraná « , des lianes sauvages qui peuvent atteindre une hauteur de 12 mètres. Ils transplantent les plants dans des clairières où ils deviennent des arbustes fruitiers. Les graines, riches en phosphore, magnésium, potassium, vitamines et tanins, sont traitées traditionnellement pour obtenir une poudre du noyau du fruit ou un bâton qui combattent la fatigue et stimulent les fonctions cognitives et la mémoire.

Connu dans les pays du Nord sous le nom de guarana, ce produit est devenu un complément alimentaire très prisé. Inspirée par la forte demande, l’industrie alimentaire a forcé de nombreux agriculteurs en dehors des terres indigènes à utiliser des cultivars obtenus par clonage. Le Consortium des producteurs de Sateré-Mawé (CPSM) a été créé pour gérer le marché de manière respectueuse et durable. Il a pour obtenu la certification Forest Garden Products du Réseau International de Foresterie Analogue (IAFN-RIFA) qui garantit la qualité biologique, la biodiversité et le commerce équitable Le CPSM appartient au Conseil général tribal des Sateré-Mawé (CGTSM), le plus grand organe de représentation politique de ce peuple autochtone. Le CPSM s’occupe de la gestion, du contrôle et de la commercialisation du waraná  em bastão (bâton de waraná ) et du waraná  en poudre. Il représente également les producteurs de Sateré-Mawé lors d’événements nationaux et internationaux et promeut les questions indigènes dans divers contextes politiques

Un rôle essentiel dans la pollinisation de la plante waraná  est joué par l’abeille canudo  (Scaptotrigona xantothrica), connue dans la langue indigène sous le nom d’Awi’a sese, c’est-à-dire « l’abeille excellente ». Également Sentinelle Slow Food en raison de son lien écologique étroit avec le waraná  et l’écosystème en général, cette abeille rustique produit un miel extraordinaire à la saveur intense de gibier. Le lien entre le peuple Sateré-Mawé et les abeilles sauvages sans dardremonte à la période précolombienne. Selon la légende populaire, lorsque Anumaré Hit monta au ciel, se transformant en soleil, il invita sa sœur Uniawamoni à le suivre. Tentée, elle choisit de rester sur Terre sous la forme d’une abeille afin d’aider le peuple Sateré-Mawé à veiller sur les forêts sacrées waraná . Ce mythe, transmis de génération en génération, reflète ce que les anciens Mawé savaient déjà et ce que nous redécouvrons aujourd’hui : les abeilles sauvages sans dard sont responsables de la pollinisation d’au moins 80 % des espèces végétales d’Amazonie. Sans elles, la forêt disparaîtrait.

En 2020, le waraná  de Sateré-Mawé a obtenu une appellation d’origine brésilienne. « Obtenir l’appellation d’origine signifie certifier que le produit, avec ces caractéristiques spécifiques liées à des facteurs humains et naturels, n’existe que dans cette zone géographique distincte », expliquait alors Maurizio Fraboni. Socio-économiste italien spécialisé dans le développement, il travaille avec les Sateré-Mawé depuis des décennies. « Dans le cas du waraná , ce n’est pas tout : Le bassin formé par les rivières Andirá et Marau est la banque génétique du guaranà, la seule au monde. C’est un sanctuaire écologique et culturel construit au fil des siècles. »

Le waraná indigène des Sateré-Mawé et leurs produits de Jardins-Forestiers sont notamment distribués dans le cadre du commerce equitable,en France et en Europe par Guayapi, au sein d’un réseau de 3000 magasins bio et spécialisés de commerce équitable.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter