Poulpe aux bananes rôties

08 Oct 2014

jo__ocarlossilva_João Carlos Silva est un provocateur. Il n’aime pas se dire chef, mais cuisinier, au service de la recherche et de la créativité en cuisine : il aime transformer les vieux concepts sans craindre de prendre des risques. Originaire de São Tomé-et-Príncipe, il a quitté très jeune sa roça (une maison coloniale locale, clé de voûte de l’activité agricole) dans le petit état insulaire pour découvrir le monde lusophone, principalement l’Angola, devenue sa seconde patrie, mais aussi l’Amérique du Nord et l’Europe. Pendant vingt ans, il s’est consacré à l’apprentissage, à l’exploration et à la rencontre de tous ceux qui l’ont aidé à développer ses deux grandes passions : l’art plastique et la cuisine.

Lors de son retour au pays, après avoir fait l’expérience de la célèbre saudade, il décide de se jeter à l’eau. Il crée la biennale d’arts plastiques saotoméenne, l’association Teia d’Arte ainsi que l’espace Cacau (Casa da arte criação ambiente e utopia), un lieu pluridisciplinaire où des artistes présentent leur travail lors d’expositions, de spectacles de danse, de pièces de théâtre. On y forme des jeunes et surtout, on se bat pour rendre les habitants de l’île « fiers d’être saotoméens » en en faisant des citoyens actifs.

La scène préférée de João est cependant la Roça São João dos Angolares, une vieille maison de campagne à laquelle il a redonné ses lettres de noblesse. Le chef accueille des amis et des touristes dans cette pure expression du tourisme écologique et culturel, en les émerveillant avec des plats traditionnels revisités sans crainte mais sans excès, en défense des recettes typiques de sa patrie.

João Carlos Silva a connu la célébrité grâce à l’émission Na Roça com os Tachos diffusée sur Rtp África, où il montre aux téléspectateurs de première partie de soirée comment cuisiner les plats typiques avec les produits locaux. Il y a quelques mois, il a été appelé à cuisiner au siège des Nations Unies à Genève pour fêter l’Année internationale des petits États insulaires.

La fantaisie de Joao Carlos Silva a été découverte lors d’un voyage en terre saotoméenne. Il a depuis quelques mois intégré le réseau de Slow Food, dont il partage la philosophie et préparera un plat typique dans la Cuisine de Terra Madre à l’occasion du salon. Nous conseillons vivement à ceux d’entre vous qui nous rendront visite à Turin de ne pas louper cet événement !

Poulpe aux bananes rôties

Choisissez un beau poulpe. Même si cela vous est désagréable, quelqu’un devra le battre avec un ustensile en bois ou utiliser d’autres techniques pour l’attendrir. Une fois cette question résolue, mettez dans une grosse marmite de l’ail, du sel, de l’oignon, des tomates, du poivre en grain, des herbes aromatiques, de l’huile et du vin rouge. Après une cuisson aussi lente que patiente, versez l’ensemble dans un plat et enfournez le tout pour une vingtaine de minutes. Couvrez ensuite la préparation d’une couche d’aubergines coupées en lamelles très fines et prolongez la cuisson quelques minutes. Accompagnez le poulpe de bananes rôties au feu ou au four.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter