Politique alimentaire européenne : que nous concocte-t-on pour 2023 ?

20 Jan 2023

En 2023, Slow Food Europe reste fidèle à son engagement : plaider pour une alimentation bonne, propre et juste pour tous sur l’ensemble du continent européen. Nous vous présentons ci-dessous l’agenda de l’UE en matière de politiques alimentaires, qui occupera notre équipe cette année.

Une nouvelle proposition de loi européenne pour la durabilité du système alimentaire

Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, la Commission européenne a présenté en 2020 sa nouvelle stratégie « De la ferme à la table » visant à rendre les circuits alimentaires équitables, sains et écologiques.  Dans le cadre de cette stratégie, la Commission élaborera une proposition législative de cadre pour un système alimentaire durable avant fin 2023.

Cette nouvelle initiative-cadre devrait permettre d’intégrer la durabilité dans toutes les politiques liées à l’alimentation en fixant des objectifs à l’échelle de l’UE, des définitions et des principes communs, ainsi que des mesures contraignantes. La loi pourrait ainsi être porteuse d’innovation sur des questions telles que la promotion d’une meilleure consommation alimentaire et de régimes alimentaires plus sains en améliorant l’environnement alimentaire et les marchés publics, ou encore en imposant des obligations de durabilité aux acteurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, ainsi qu’une transparence accrue et des garanties sociales et environnementales plus fortes dans la vente des produits de la mer et agroalimentaires.

En tant que membre de la Coalition européenne pour la politique alimentaire (EU Food Policy Coalition), Slow Food Europe suivra de près ce processus et participera à des groupes de discussion tout au long de l’année, afin de faire pression sur la Commission européenne pour élaborer une loi ambitieuse et faire de la stratégie De la ferme à la table une réalité concrète.

Une Europe sans pesticides : le combat continue

Depuis que la Commission européenne a dévoilé, en juin 2022, son plan de réduction de 50 % de l’utilisation et des risques des pesticides d’ici 2030 dans le cadre du nouveau règlement pour une utilisation durable des pesticides, les lobbies industriels et les groupes politiques conservateurs ont tout tenté pour l’alléger, le retarder et même l’éliminer. Leur dernière manœuvre a eu lieu en décembre dernier, lorsque les États membres de l’UE ont adopté à l’unanimité la décision de mener des recherches supplémentaires avant d’approuver le plan, retardant ainsi son adoption et sa mise en œuvre.

En 2019, Slow Food Europe a rejoint l’ICE « Sauvons les abeilles et les agriculteurs » qui a mené une campagne de sensibilisation à l’échelle européenne recueillant plus de 1,1 million de signatures sur tout le continent. Nous demandons l’abandon total et progressif des pesticides de synthèse en Europe d’ici 2035 et un soutien aux agriculteurs dans leur transition agroécologique. En novembre dernier, la coalition, dont fait partie Slow Food, a présenté ses demandes à la Commission européenne, tandis qu’une discussion est prévue avec les membres du Parlement européen le 24 janvier.

La proposition tant attendue de la Commission européenne concernant la réduction de l’utilisation des pesticides en Europe n’est certes pas parfaite, mais elle sera absolument essentielle pour éviter l’effondrement des écosystèmes. Nous poursuivrons le combat !

Les nouveaux OGM resteront-ils strictement réglementés en Europe ?

À l’heure actuelle, tous les types d’OGM (anciens et nouveaux) commercialisés au sein de l’Union européenne sont soumis à une évaluation claire des risques, une traçabilité et un étiquetage, conformément à la réglementation européenne. Ces mesures de précaution permettent aux agriculteurs, aux commerçants et aux consommateurs de choisir les aliments qu’ils produisent, vendent et achètent, et garantissent que les aliments mis sur le marché puissent être consommés en toute sécurité.

Ce statu quo positif est aujourd’hui mis en péril par les lobbies et les groupes agroalimentaires, qui demandent à l’UE d’exclure les nouveaux OGM de la réglementation actuelle, en prétextant qu’ils favoriseraient la transformation du système alimentaire vers un modèle durable. Le verdict de la Commission européenne est attendu le 7 juin.

Slow Food fait pression sur les décideurs européens et nationaux pour conserver la réglementation européenne actuelle, car il a été démontré que les nouvelles techniques d’OGM sont imprécises et entraînent des modifications génétiques susceptibles de compromettre la sécurité alimentaire et environnementale.

L’année dernière, une pétition européenne demandant le maintien d’une réglementation et d’un étiquetage stricts des nouveaux OGM a recueilli plus de 400 000 signatures. La remise officielle de la pétition à la Commission européenne est prévue pour février 2023, et Slow Food Europe continuera à plaider pour le maintien de cette réglementation stricte tout au long de l’année.

L’Union européenne en passe de devenir pionnière mondiale en matière de bien-être animal

2023 sera une année cruciale pour l’amélioration du bien-être animal en Europe, car la Commission européenne devrait présenter sa nouvelle loi européenne sur le bien-être animal.

Cette mesure, qui comprendra également une partie sur le transport et l’abattage des animaux, vise à aligner la législation européenne actuelle sur les dernières preuves scientifiques (prouvant notamment que les animaux sont des êtres sensibles ayant des besoins vitaux naturels) et à améliorer le niveau de bien-être animal dans l’UE.

La proposition devrait inclure la suppression progressive des cages encore utilisées pour un certain nombre d’animaux d’élevage, conformément à l’ICE Pour une nouvelle ère sans cage, soutenue par 1,4 million de citoyens européens et plus de 170 organisations dans toute l’UE, dont Slow Food.

En tant que membre de la plateforme de l’UE sur le bien-être animal [1], Slow Food suit de près le développement de cette proposition législative et appelle l’UE à s’inspirer de l’approche One Welfare, qui repose sur l’étroite interconnexion entre la santé des humains, des animaux, des plantes et de la planète.

Le temps presse

Alors que les prochaines élections du Parlement européen et le changement de présidence de la Commission européenne sont prévus en 2024, il est absolument essentiel que les propositions législatives concernant les pesticides, le bien-être animal et la durabilité du système alimentaire soient adoptées et mises en œuvre le plus rapidement possible.

Comme nous venons de l’expliquer, Slow Food Europe aura fort à faire en 2023, sur ces sujets prioritaires et d’autres sujets. Notre équipe sera également très impliquée sur les questions liées à la politique alimentaire urbaine, aux marchés publics alimentaires, à l’étiquetage des aliments et bien plus encore.

Vous souhaitez recevoir les actualités concernant la politique alimentaire européenne ? Suivez-nous sur Twitter ou abonnez-vous à la newsletter mensuelle de Slow Food advocacy.

……………………………..

[1] Groupe d’experts composé d’autorités européennes, d’entreprises, de la société civile et de scientifiques.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter