Le Parlement européen vote contre les OGM

17 Déc 2015

ogmSlow Food : « C’est autant une question de démocratie que de souveraineté alimentaire »

Hier, le 16 décembre, le Parlement européen a soutenu par une large majorité l’objection proposée par la Commission Environnement du Parlement européen à la décision de la Commission européenne d’autoriser la nouvelle variété de maïs transgénique NK603xT25. Si cette décision n’est pas contraignante, il s’agit en tout cas d’un acte politique fort. Slow Food condamne la Commission européenne non seulement pour l’autorisation de deux nouvelles cultures OGM*, mais aussi pour son indifférence au processus d’objection en cours du Parlement européen, l’institution directement élue par les citoyens européens et exprimant les points de vue du peuple de l’Union. Le fait que les représentants des États membres siégeant à la Commission européenne aient ignoré les craintes et préoccupations des citoyens européens ne devrait pas exister dans une institution qui se veut la voix de la démocratie.

Pour Ursula Hudson, présidente de Slow Food Allemagne : « Au sein de Slow Food, nous espérons que l’opposition politique du Parlement entraînera la suspension de l’autorisation du maïs transgénique NK603xT25 résistant au glyphosate. Nous espérons aussi qu’elle permettra de suspendre toute autorisation d’aliments transgéniques destinés à la consommation humaine et animale, tant que la procédure d’autorisation n’aura pas été améliorée. La Commission doit tenir compte des préoccupationsexprimées par les états, les organisations de la société civile et les mouvements de consommateurs. C’est autant une question de démocratie que de souveraineté alimentaire : les peuples doivent pouvoir définir leurs propres systèmes agricoles et alimentaires. »

*Contexte :

Le 4 décembre, la Commission européenne a autorisé deux cultures OGM pour l’alimentation humaine et animale, à savoir les maïs MON87427 et NK603xT25. Pour laCommission Environnement du Parlement européen, la nouvelle variété de maïs transgénique NK603xT25 n’aurait pas dû être autorisée puisqu’elle est tolérante aux herbicides à base de glufosinate et de glyphosate. L’autorisation faisait suite à une évaluation scientifique favorable menée par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) affirmant que le glyphosate ne présentait pas de menace cancérogène probable pour l’homme et se limitait à proposer de nouveaux seuils de préoccupation toxicologique lors de sa révision des limites maximales de résidus de glyphosate dans les denrées alimentaires. L’autorisation de Monsanto à développer le maïs transgénique NK603xT25 résistant au glyphosate ignorait également l’analyse du Centre international de recherche sur le cancer (l’agence de l’Organisation mondiale de la santé spécialisée en matière de cancer) en date du 20 mars 2015 classant le glyphosate comme probablement cancérogène pour l’homme.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter