Le Changement Climatique Est Reel, Notre Action Doit L’etre Aussi

23 Août 2018

 width=Plus de 400 morts et de 725 000 déplacés. C’est aujourd’hui le bilan de ce qui a été défini comme l’une des plus grandes inondations du siècle. Les événements météorologiques au-delà de la variabilité normale sont en hausse partout dans le monde et tout laisse à penser que l’intensité, la variabilité et la férocité du climat continueront de s’aggraver. Que pouvons-nous faire ? Et pourquoi cela devrait nous intéresser ?

À Terra Madre Salone del Gusto, nous aborderons ce sujet lors de la conférence « Changement climatique : comment relever le plus grand défi des prochaines décennies« , qui mettra en vedette l’écrivain Amitav Ghosh et l’environnementaliste et activiste Sunita Narain  le dimanche 23 septembre à 11h.

Aujourd’hui, le changement climatique mondial augmente. En juin et juillet 2018, environ 140 violents incendies se sont déclarés dans toute la Californie ; en Grèce 80 personnes ont été tuées dans des incendies comparables ; l’Europe a crépité sous les vagues de chaleur ; des tempêtes de poussière non saisonnières ont tué plus de 500 personnes en Inde ; Des pluies torrentielles au Japon et d’autres pluies extrêmes ont dévasté les cultures et les habitations dans de nombreuses régions du monde. Tous ces événements météorologiques dépassent largement la variabilité normale, appelée stationnarité, car elle se conforme aux modèles du passé. Maintenant, nous sommes dans l’ère du jamais vu et de l’inconnu. Ce que nous savons avec certitude, c’est que cette intensité, cette variabilité et cette férocité d’un climat supérieur à la normale s’aggraveront.

La relation entre climat et changement climatique peut également être vue à travers la science de l’attribution. Le réseau World Weather Attribution estime que le changement climatique a plus que « doublé la probabilité d’une vague de chaleur européenne ». Il a également triplé le risque de sécheresse au Cap, – la ville sud-africaine qui a failli voir le « jour 0 », avec l’épuisement des réserves d’eau.

La question est : et maintenant qu’est-ce qu’il se passe ? Au cours du mois prochain, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat publiera son rapport sur les impacts qu’aura le changement climatique, quand la planète aura atteint un niveau d’augmentation de la température de 1,5 degrés. Le rapport, comme je l’ai dit, ne fera que confirmer l’évidence. Si les calamités causées par les intempéries qui se produisent à + 1 degrés augmentent – ce qui correspond à peu près à l’augmentation de la température de la période préindustrielle à nos jours – alors la situation ne peut que s’aggraver. Cela est reconnu.

Que faisons-nous maintenant ? C’est ce sur quoi nous devrions nous concentrer. Le fait est que nous sommes en bonne voie d’augmenter les émissions et de supprimer toutes les barrières thermiques.

L’été 2017 en Europe

La bonne nouvelle est que l’Inde et la Chine sont conscientes des émissions dues à la combustion du charbon en raison de notre pollution atmosphérique horrible. En Inde, nous devons arrêter les centrales thermiques anciennes et polluantes ; cet hiver, Delhi fermera sa seule centrale au charbon ; les nouvelles normes d’émission de carbone doivent être mises en œuvre dès que possible ; le coke de pétrole (le dernier déchet pétrolier, contenant des substances extrêmement dangereuses pour la santé humaine et l’environnement) a déjà été interdit, y compris celui importé des États-Unis. Le plus urgent est de faire un grand pas en avant vers des combustibles plus propres tels que les énergies renouvelables ou le gaz naturel. C’est essentiel et nous allons faire pression pour que cela soit fait, non pas pour des raisons liées au changement climatique, mais pour réduire la pollution atmosphérique.

La sècheresse au Cap

Mais nous n’en sommes pas encore là. Le fait est que le monde a complètement épuisé son crédit carbone – pour favoriser la croissance des pays riches – et maintenant qu’il ne reste plus rien, on nous demandera de sauter du pont. Cela n’est pas acceptable car la justice climatique exige que les pauvres aient droit au développement ; et le droit à l’énergie propre.

Le problème est également que le monde est encore loin de renoncer à sa dépendance aux énergies fossiles, sauf en Allemagne, où l’utilisation des énergies renouvelables a considérablement augmenté. En effet, durant l’année dernière, la demande de charbon a augmenté ; les investissements dans le pétrole et le gaz sont en hausse et toutes les solutions au changement climatique luttent pour leur survie. Ça ne marche pas

Je crois que l’Inde, mon pays, doit prendre l’initiative d’affirmer notre vulnérabilité ; le changement climatique a des coûts économiques et humains à l’échelle mondiale. Nous devons exiger que le monde agisse de manière incisive avec rapidité et pour tous. Et alors que nous insistons pour que le monde prenne le changement climatique au sérieux, nous devons présenter notre plan pour réduire les émissions de pollution atmosphérique locale, ce qui présente des avantages en termes de changement climatique. Nous devons avoir quelque chose à montrer. Nous devons être décisifs dans les mots et les actions. Les gémissements et les murmures ne fonctionneront pas dans notre monde au climat menacé.

De Sunita Narain,

Centre pour la science et l’environnement, New Delhi

 

À Terra Madre Salone del Gusto, le thème du changement climatique est au centre d’autres événements importants et de parcours thématiques des espaces #foodforchange. Prévus à l’ordre du jour :

Le forum : Food for Change: arrêtons le changement climatique le 20 septembre à 15h30, à Lingotto Fiere – Sala Rossa.

La conférence : Les recettes du changement: comment les chefs peuvent-ils garantir la durabilité, 21 septembre à 18 heures, à Nuvola Lavazza.

Pour en savoir plus sur les autres conférences, cliquez ici.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter