La révolution du vin

24 Nov 2021

C’est au début des années 80 qu’a eu lieu la première révolution du vin, transformant cette simple denrée en produit hédoniste.

Aujourd’hui, à la lumière des transformations profondes de son système de production à l’échelle mondiale, il serait temps de repenser et de réécrire le rôle des vignerons.

La viticulture figure parmi les plus grandes consommatrices de fongicides et d’insecticides, substances connues pour polluer et endommager la biodiversité de la flore (par l’emploi d’herbicides et dessicants) et de la faune vivant dans les vignes. Dans les régions viticoles les plus prestigieuses, la vigne est devenue une monoculture prédominante, appauvrissant la vitalité du sol et éradiquant tous les autres produits agricoles moins rentables, au détriment également des jachères et zones boisées, pourtant essentielles à un écosystème sain.

 

Les problèmes sont nombreux, profonds et historiques. Si nous voulons lancer une révolution vertueuse qui transforme complètement la viticulture, alors nous devons nous appuyer sur un effort collectif. Celui-ci doit puiser dans le désir de changement des amoureux du vin. width=

Trois voies possibles d’engagement s’offrent aux vignerons, et toutes auront un impact important à la fois sur l’agriculture et sur la perception que les amateurs de vin auront d’eux.

Tout d’abord, la durabilité environnementale, ensuite, la protection du paysage, et enfin, le rôle social et culturel qu’ils peuvent jouer dans les zones où ils travaillent et vivent.

Avec plus de 30 ans d’expérience dans le monde du vin au niveau national et international, Slow Food a suivi, et dans certains cas encouragé ces changements. Le nouveau rôle à jouer par les vignerons doit être adopté et soutenu par les amateurs de vin, les professionnels de toute l’industrie, les gouvernements et la société dans son ensemble.

Du Manifeste, à la Coalition, au salon Slow Wine

La présentation du Manifeste Slow Food pour un vin bon, propre et juste à Bologne en octobre 2020 se pose en point de départ de cet effort international. Ses lignes directrices indiquent le chemin à suivre par les viticulteurs pour incarner la force motrice du changement évoqué.

C’est alors que la Slow Wine Coalition internationale a vu le jour, constituée de tous les signataires du manifeste : son objectif est de nourrir le dialogue entre les différentes régions viticoles, d’encourager ses membres et les motiver à mener des actions concrètes pour soutenir le processus de croissance et de transformation des vignerons, et à prendre des décisions importantes pour mieux incarner leur rôle.

 width=

Par son manifeste, Slow Food a lancé une campagne de signatures internationale. C’est là une étape préparatoire à la rencontre de tous les membres actifs du réseau lors du salon Slow Wine, qui se tiendra à Bologne, du 26 février au 1er mars 2022. Ce sera l’occasion de discuter des principaux points du manifeste et du rôle à jouer par la viticulture et la production de vin dans le développement d’une agriculture durable et compatible avec les défis posés par le changement climatique.

Afin de créer du contenu et de le diffuser correctement à un vaste public, l’évènement de Bologne consacrera également trois jours de rencontres entre amateurs et professionnels de l’industrie.

Bologne sera ainsi le théâtre d’un évènement rassemblant plus de 1000 domaines viticoles italiens et internationaux, réunis par une même approche ; un évènement promouvant un nouveau système de production au sein duquel les exploitations conduisent le développement durable, défendent le paysage et promeuvent la croissance sociale, culturelle et économique des zones rurales.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter