La Communauté : Le Sel Vivant et La Levure du Mouvement Slow Food

24 Fév 2020

«Le terme communauté appartient à notre histoire, car le concept de communauté locale relié à notre réseau existe depuis la première édition de Terra Madre. Nous avons repris avec force et conviction ce message au Congrès de Chengdu en 2017, en parlant des communautés Slow Food afin d’encourager leur création et leur développement aux quatre coins du monde. La diffusion de ce message n’est pour l’instant pas assez rapide, et il apparaît nécessaire d’apporter une impulsion supplémentaire à la transformation de notre mouvement, indispensable pour poursuivre notre mission.»

Lors de la réunion du Comité exécutif de Slow Food, nous avons réfléchi au chemin à parcourir jusqu’au prochain Congrès international et Terra Madre Salone del Gusto, qui auront lieu simultanément du 8 au 12 octobre prochain. Les sujets de réflexion sont nombreux : de la politique à la pratique, de la vision à l’organisation, en gardant à l’esprit que Slow Food sera appelé à chercher des solutions aux enjeux actuels de plus en plus complexes, avec l’appui de son réseau de plus en plus vaste, organisé et varié.

COMMUNAUTÉ, COMMUNAUTÉ, COMMUNAUTÉ

Carlo Petrini rappelle les orientations politiques que nous devons tous adopter, les éléments distinctifs de notre mouvement, à la fois en matière de conception et d’organisation. « Nous devons prendre conscience de la nécessité d’intégrer davantage les communautés au processus de transformation, nous devons nous engager sur la voie de l’inclusivité avec toujours plus de courage, car c’est la seule solution qui nous permettra d’assurer notre mutation et de passer à un nouveau stade d’évolution.

Le concept de communauté doit devenir le sel et la levure de notre mouvement : à Turin, la plupart de ces communautés seront présentes pour apporter leur contribution et prouver une fois de plus la force considérable de notre réseau. Comme le fait Slow Food, nous devons trouver le courage de reconnaître et légitimer ces communautés, leur offrir une place adéquate, en sortant des structures rigides qui existent et en valorisant leur multiplicité. Notre mouvement qui a grandi au fil du temps ne rentre plus dans son costume taillé sur mesure, devenu trop petit. »

Les caractéristiques qui définissent les communautés font partie de nos valeurs depuis longtemps : « Les communautés associent intelligence émotionnelle et anarchie rigoureuse, des éléments qui doivent être à la base du prochain Congrès et Terra Madre Salone del Gusto. L’intelligence émotionnelle signifie affirmer avec force le paradigme de la coopération et la solidarité par rapport à celui de la concurrence. L’anarchie rigoureuse incarne la fierté de proclamer la biodiversité de notre réseau qui trouve (et accepte) des modes et façons de s’exprimer extrêmement différents aux quatre coins du monde, de laisser aux individus et aux groupes le pouvoir et la capacité de s’exprimer. C’est le dépassement des tendances conservatrices qui font que notre mouvement peine à se renouveler et se développer, sans parvenir à intercepter les éléments politiques perturbateurs de notre époque.

Pour tout cela, ces quelques jours à Turin seront un moment décisif : pour transmettre aux communautés la fierté de faire partie d’un projet commun et la conscience de pouvoir contribuer à cette transformation. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser passer ce train. »

IMPRÉGNONS NOS ACTIONS D’ENGAGEMENT POLITIQUE

Il est tout aussi important de comprendre l’univers dans lequel nous évoluons et de définir nos priorités, car il est fondamental que nos actions, dont l’horizon est défini par les trois objectifs stratégiques de l’Appel à l’action, soient liées aux enjeux mondiaux actuels complexes, et d’identifier les grands thèmes transversaux de ces différents objectifs qui devront devenir prioritaires au cours des prochaines années.

Quelle direction doivent prendre nos actions et sur quoi devons-nous concentrer notre attention ? Voici à nouveau les mots de Carlo Petrini :

  • La crise climatique, car il est impossible de nier que nous sommes en train d’étouffer la planète qui réduit comme une peau de chagrin. La Cop 25 de Madrid a été un échec et la Cop 26 de Glasgowrisque de se retrouver dans l’impasse avant même d’avoir commencé.
  • Les migrations, car il est impossible de rester indifférent face aux mouvements de populations sur la planète, et de renoncer à s’en occuper. Les personnes migrent pour de nombreuses raisons : guerres, oppression, manque de ressources, effets dévastateurs de la crise climatique.
  • Les communautés, car pour sauver la biodiversité et construire une société résiliente, nous ne pouvons agir seuls, ni à l’échelle des gouvernements, ni à celle des individus. Le changement doit être global et la structure sur laquelle il se base ne peut être qu’une communauté.
  • La biodiversité, qui n’englobe pas seulement la biodiversité alimentaire à protéger, c’est-à-dire le pain, le fromage, les variétés végétales et les races animales. La biodiversité concerne également les hommes, les cultures, les langues et la spiritualité.
  • La nécessité d’une nouvelle économie, car il est évident que la crise environnementale est principalement causée par une économie capitaliste destructrice, et car il est impossible d’amorcer un changement de paradigme en conservant ce système capitaliste. Il faut mobiliser les citoyens conscients et responsables, qui doivent se transformer en sujets acteurs afin de dessiner un avenir différent.
  • Le droit au plaisir, car c’est en partant de là que notre histoire a commencé, et c’est aussi un engagement politique à part entière.

Nous sommes prêts à accepter le défi de l’inclusivité identifié à Chengdu et à imprégner nos actions d’engagement politique, encore plus que ce que nous faisons actuellement. Du 8 au 12 octobre 2020, nous aurons l’occasion de nous y confronter et de nous engager sur cette voie avec détermination.

Au cours des prochains mois, nous raconterons à tous, par le biais de cette newsletter et du site slowfood.com, les étapes du parcours de préparation du Congrès, en invitant tout le monde à y participer activement.

de Silvia Ceriani, [email protected]

 

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter