Autorisation de trois maïs OGM en Europe: nous appelons à un non ferme

21 Mar 2017

 width=Le 27 mars 2017, les gouvernements européens réunis au sein du comité d’appel se prononceront sur l’autorisation au niveau européen de deux nouvelles variétés de maïs OGM, le Pioneer 1507 et le Syngenta Bt11, ainsi que sur le renouvellement de l’autorisation du MON 810.

Lors du précédent vote du 27 janvier, la majorité absolue nécessaire pour prendre une décision définitive sur les trois autorisations n’avait pas été atteinte. À cette occasion, certains pays européens ayant interdit la culture des OGM sur leur territoire (Italie, Lituanie et Pays-Bas) ont voté pour son autorisation au niveau européen.

Pour Slow Food, il est hypocrite d’interdire les OGM sur son territoire tout en votant en faveur de leur autorisation sur le reste du territoire européen. Les représentants des pays européens devraient reconnaître une fois pour toutes que les citoyens ne veulent pas d’OGM en Europe, arrêter de discuter sur leur éventuelle autorisation et se concentrer au contraire sur la résolution des véritables défis du système alimentaire européen : l’exode rural, la disparition de très nombreuses fermes, la perte de biodiversité alimentaire dans les champs et sur nos tables, la pollution de l’eau, de l’air et du sol due à l’agriculture industrielle, et ainsi de suite. Les OGM ne répondront à aucun de ces problèmes.

Slow Food lance un appel pour qu’au prochain vote du 27 mars, les gouvernements s’alignent sur un NON ferme aux OGM, en respectant ainsi la volonté exprimée plusieurs fois par les citoyens européens.

Pour renforcer cet appel à nos gouvernants, Slow Food a rédigé sa position officielle sur les OGM, en analysant les problèmes liés à l’utilisation de ces cultures en matière de négation du droit à l’alimentation, de risques pour l’environnement, de préoccupations pour la santé des hommes et des animaux et de rôle de la recherche.

Pour Slow Food, les OGM constituent l’extrême d’un système agricole, économique mais aussi politique, qui concentre de plus en plus de pouvoir entre les mains d’un petit nombre, au profit des grands groupes et au détriment des communautés rurales et des consommateurs, de l’environnement et de la biodiversité.

Le document de position de Slow Food sur les OGM est disponible ici.

 

Note :
D’après la nouvelle directive 2015/412 sur la culture des OGM en Europe, une fois l’éventuelle autorisation du produit OGM votée au niveau européen, chaque état reste libre de choisir de le cultiver ou non sur son territoire. Si les États membres autorisaient les OGM au niveau européen lors du prochain vote, rassurés par la possibilité de dicter leurs propres règles « à domicile », les demandes d’autorisation d’OGM pourraient alors se multiplier.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter