Deux nouveaux Marchés de la Terre sur l’île de Negros

24 Mar 2021

La Communauté Slow Food de l’île de Negros aux Philippines avance à grandes enjambées cette année, en n’ajoutant pas un, mais deux nouveaux Marchés de la Terre au réseau international de Slow Food.

Ces marchés sont assez complexes à mettre en place et à gérer, et leur pérennité dépend de la bonne volonté, des facilités d’accès et de l’intérêt des producteurs comme des consommateurs. C’est pourquoi il est si impressionnant que Slow Food Negros puisse fournir à la communauté locale le double d’opportunités bonnes, propres et justes.

Nous avons discuté avec les initiateurs des deux nouveaux Marchés de la Terre, Reena Gamboa et Ramon Uy Jr, sur l’offre exacte des marchés de Silay et Bacolod, et sur la manière dont Slow Food Negros transforme pas à pas le système alimentaire local.

Bacolod et Silay sont relativement proches (moins de 30 km), en quoi l’offre de chaque Marché de la Terre diffèrera-t-elle ?

Les deux marchés accueilleront des producteurs différents et une vaste gamme de produits. Le marché de Silay accueillera surtout des exploitants du nord et celui de Bacolod des producteurs du centre et du sud de Negros.

Quels sont les produits spécifiques de chacun ?

Les produits spécifiques de chaque producteur apportent une exclusivité à chaque marché. On retrouvera plus spécifiquement du riz ancien, du café d’ombre, du sucre muscovado, du miel sauvage, du poisson séché, du cacao, des champignons, du vinaigre et bien d’autres produits encore. Le sud de l’île dénombre davantage de variétés de riz, le marché de Bacolod proposera donc plusieurs choix en la matière. Silay est quant à elle réputée pour différents mets transformés, comme l’ibos (riz gluant), le but-ong ou le puto lanson (gâteau de manioc).

Riz, poisson et légumes de l'île de Negros. Photo : Reena Gamboa et Ramon Uy Jr

Riz, poisson et légumes de l’île de Negros. Photo : Reena Gamboa et Ramon Uy Jr

Pourra-t-on trouver des produits de l’Arche du Goût ou des Sentinelles ?

Oui, pour n’en nommer que quelques-uns, on retrouvera du cacao Criollo, du maïs Tinigib , du Batuan et des haricots Kadyos.

Combien de producteurs se sont engagés et d’où viennent-ils, des environs immédiats ou d’un peu plus loin ?

De nombreux producteurs viennent des montagnes ou de l’arrière-pays. Évidemment, les fruits de mer et poissons proviennent des côtes autour de Silay et Bacolod. Au total, les deux marchés rassembleront une cinquantaine de producteurs, la plupart étant des coopératives ou des exploitants individuels pratiquant une agriculture biologique ou naturelle.

Vu la proximité des marchés avec l’équateur, peut-on parler de « saisonnalité » à Negros ou les mêmes aliments sont-ils disponibles tout au long de l’année ?

Avec le climat tropical des Philippines, nous avons deux saisons : la saison chaude et la saison des pluies. La plupart des légumes biologiques sont disponibles toute l’année, à quelques exceptions près, et la plupart des fruits sont saisonniers. Le riz est récolté deux à trois fois par an. On récolte le café de novembre à février. Mars est le début de l’été et signe donc le moment des récoltes : fruits et légumes sont alors disponibles en abondance.

 width=

Que signifie pour vous faire partie de Slow Food et Terra Madre ?

Nous avons intégré Slow Food, car nous croyons en la nécessité d’une alimentation bonne, propre et juste. L’action du mouvement a permis à notre communauté de réaliser que si nous n’agissons pas maintenant, nous pourrions tout perdre. Les Philippines s’occidentalisent et le Philippin moyen devient par conséquent consommateur de fast-food. Notre alimentation et nos pratiques culinaires traditionnelles vont bientôt disparaître si nous n’agissons pas.

Rejoindre Terra Madre est encore plus significatif aujourd’hui, car l’activité s’est beaucoup ralentie l’année dernière. Terra Madre donne aux agriculteurs de notre région l’occasion de vendre leurs produits directement aux consommateurs. La plupart des exploitants comptent d’ordinaire sur des évènements organisés dans la province, mais le covid a empêché leur tenue l’année dernière. C’est notre manière de réduire l’impact négatif de la pandémie sur notre communauté.

Tous nos partenaires sont ravis du projet, car il va enfin leur apporter un peu d’exposition après une année sans voir leurs clients. Nous voulons créer des filières plus courtes et des relations directes entre exploitants et consommateurs.

Quels sont vos espoirs, vos rêves et vos projets pour le futur ?

Nous souhaitons avant tout renforcer notre objectif actuel et assurer qu’il se pérennise pour les générations à venir. Cet objectif, c’est de devenir une île biologique. Avec plus de 10 000 exploitants bio sur toute l’île, et avec la présence grandissante du mouvement Slow Food sur notre territoire, nous savons que notre objectif est légitime.

Travailler avec les idéaux de Slow Food nous a permis de voir la biodiversité de l’île de Negros, dont la faune et la flore sont d’une grande richesse, des montagnes jusqu’à la mer. Nos réserves marines, forêts et fermes biologiques soulignent l’abondance des ressources aux Philippines. C’est pourquoi travailler avec Slow Food sur ce projet nous enthousiasme. Alors que nous aspirons à un futur plus « Slow », nous souhaitons rendre les produits bons, propres et justes accessibles à tous les habitants de l’île, afin de partager les mêmes idéaux de protection de l’environnement, de sauvegarde de la biodiversité, de propagation d’une production bonne et éthique et de préservation de nos produits alimentaires traditionnels.

Nous cherchons également à faire entrer le Marché de la Terre dans les habitudes, et à renforcer la collaboration avec Slow Food à travers le projet pilote Slow Food Travel, en partenariat avec les ministères du Tourisme et de l’Agriculture. Notre objectif est de réinventer constamment l’île pour en faire une destination durable, un modèle de conservation de la biodiversité et un réseau de producteurs bons, propres et justes. Notre idée folle serait même d’en faire un jour une île Slow Food.

Les deux Marchés de la Terre de Silay et Bacolod ouvriront respectivement les 20 et 27 mars. Slow Food Negros a également publié un ouvrage sur la cuisine ancienne de l’île en janvier 2021.

Blog & news

Changer le monde grâce à la nourriture

Découvrez comment vous pouvez restaurer les écosystèmes, les communautés et votre propre santé grâce à notre boîte à outils RegenerAction.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom
Privacy Policy
Newsletter