Slow Food: La déréglementation des nouveaux OGM signifie l’absence de liberté de choix et des conséquences désastreuses pour les agriculteurs et la biodiversité.

02 Feb 2024 | French

Les cuisiniers belges s’opposent à la déréglementation des nouveaux OGM pour préserver la transparence et l’art culinaire.

Alors que les députés européens seront appelés à voter sur la déréglementation de la nouvelle génération d’organismes génétiquement modifiés (nouveaux OGM ou «nouvelles techniques génomiques» ou NGT) dans les prochains jours, Slow Food et son réseau plaident pour le maintien d’un cadre réglementaire qui préserve les intérêts des consommateurs, des agriculteurs et des sélectionneurs de semances, des professionnels de la gastronomie, des distributeurs et de l’environnement. 

«La déréglementation des nouveaux OGM est une fausse solution aux crises multiples auxquelles nous sommes confrontés dans l’ensemble du système alimentaire, y compris les difficultés rencontrées par les agriculteurs «, commente Marta Messa, secrétaire générale de Slow Food. «Si nous voulons évoluer vers des systèmes alimentaires durables, il faut que les agriculteurs et les citoyens puissent choisir et savoir d’où proviennent leurs semences et leurs aliments : la proposition de la Commission leur retire ce droit». 

Face aux inquiétudes soulevées par cette proposition de loi, des cuisiniers belges, dont les membres de l’Alliance des Cuisiniers de Slow Food, ont signé une lettre ouverte pour appeler les décideurs belges à rejeter cette proposition de déréglementation, qui risque de détruire la crédibilité de la qualité des restaurants. En tant que gardiens de la biodiversité, les professionnels de la cuisine s’inquiètent de l’impact qu’une déréglementation des nouveaux OGM aura sur la qualité des ingrédients, la liberté de choix de leurs clients et fournisseurs et, enfin, sur la culture alimentaire. La lettre comprend cinq raisons principales pour lesquelles les nouveaux OGM devraient rester réglementés, la première étant que l’étiquetage ne serait plus exigé, ce qui empêcherait les restaurants de «faire des choix éclairés en cuisine” et de contrôler ce qu’ils servent à leurs clients. La lettre a été signée par des cuisiniers des restaurants Racines (Ixelles), Horia (Bruxelles) et Màloma (Schaerbeek), entre autres.

La Commission européenne justifie la proposition de déréglementation par la volonté de rendre l’accès à ces nouveaux OGM «plus simple» que dans le cadre de la législation européenne actuelle, l’industrie affirmant qu’ils pourraient contribuer à une production durable. Cependant, la proposition et le rapport adopté par la commission Environnement (ENVI) au Parlement Européen en janvier sont remplis de lacunes et de promesses vides, et s’alignent fortement avec les lobbys de l’agro-industrie. Le texte en question propose de supprimer les évaluations des risques, l’étiquetage et la traçabilité d’une grande majorité de nouveaux OGM.

Des scientifiques, notamment du Réseau Européen des Scientifiques pour une Responsabilité Sociale et Environnementale (ENSSER), ainsi que des organismes officiels tels que l’Agence fédérale allemande pour la conservation de la nature (Bundesamt für Naturschutz – BfN) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), soulignent la nécessité d’évaluations des risques, d’étiquetage et de traçabilité au cas par cas pour les nouveaux OGM. Tous ces contrôles sont supprimés dans la proposition actuelle. 

En plus de permettre aux aliments génétiquement modifiés d’entrer dans nos champs et nos assiettes à notre insu, la proposition de déréglementation favorise largement les profits financiers au détriment de l’environnement, des consommateurs et des agriculteurs. Par exemple, nombreuses de ces nouvelles modifications génétiques, plutôt que d’être conçues pour répondre à la crise climatique, ont pour priorité d’accroître la valeur marchande de l’agro-industrie, notamment en se préoccupant de l’apparence des aliments. En outre, la question du brevetage des nouveaux OGM ne sera pas non plus résolue dans le cadre de la déréglementation, ce qui ouvrira la voie à la privatisation des produits par quelques multinationales et portera atteinte aux droits fondamentaux des agriculteurs par rapport aux semences.

En raison du manque de transparence entourant l’arrivée de nouveaux OGM sur le marché, les citoyens n’auront plus la possibilité d’acheter et de consommer des aliments sans OGM et d’être assurés de la qualité de leur nourriture. De même, les chefs et les restaurateurs ne pourront plus garantir à leurs clients des ingrédients biologiques ou sans OGM.

Slow Food soutient tous les cuisiniers, citoyens et agriculteurs qui ne veulent pas de nouveaux produits génétiquement modifiés et appellent au rejet de la proposition de déréglementation, en faveur de solutions durables qui maintiennent le rôle central des agriculteurs, garantissent une alimentation saine pour tous, et ne portent pas atteinte au droit de connaître l’origine des semences et la source des aliments, tout en respectant la biodiversité et les ressources naturelles. La solution qui répond à ces objectifs existe déjà : l’agroécologie.

Vous êtes cuisinier ? Si vous voulez que les nouveaux aliments OGM restent étiquetés, signez ici : https://forms.office.com/e/mFfsxDWXjh

Pour en savoir plus, lisez notre dossier sur la proposition de la Commission relative aux nouveaux OGM.

Prochaines étapes : Après le vote du 24 janvier par les membres de la commission de l’environnement (ENVI) du Parlement européen pour retirer les nouveaux OGM de tout type de contrôle de sécurité, d’exigences d’étiquetage et de processus de responsabilité, le texte devra être voté par tous les parlementaires de l’UE en session plénière. Ce vote devrait avoir lieu la semaine prochaine, le mercredi 7 février. Parallèlement, des discussions ont lieu au sein du Conseil de l’UE. 

À propos de l’Alliance des cuisiniers de Slow Food: L’Alliance réunit des cuisiniers et des chefs d’horizons divers dans le but de préserver la biodiversité, de soutenir les petits producteurs et d’éduquer les consommateurs à des systèmes alimentaires plus justes et plus durables. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Cambiar el mundo a través de la comida

Aprenda cómo puede restaurar ecosistemas, comunidades y su propia salud con nuestro kit de herramientas RegeneraAction.

Por favor, activa JavaScript en tu navegador para completar este formulario.
Nombre
Privacy Policy
Newsletter