Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 
 

Ferdinando Soardi

Le pêcheur du lac

Italy | Lombardia | Monte isola, Lago di Iseo, Brescia

Ferdinando pêche depuis 27 ans sur le lac d'Iseo, il a appris le métier aux côtés de de son grand-père et de son arrière-grand-père.


« Je suis un grand passionné de pêche, cela m'amuse ! J'aime cette surprise, le fait de ne jamais savoir exactement ce qu'on trouvera dans nos filets, de découvrir quelque chose de différent que je n'avais jamais vu avant. »

Depuis l'âge de 5 ou 6 ans, Ferdinando est toujours parti pêcher avec son grand-père et son arrière-grand-père. Jusqu'à l'âge de 18 ans, il les a aidés tous les étés. Il a commencé des études de comptabilité avant de décider que pour lui aussi, l'avenir se trouvait sur l'eau. Il est retourné sur les bords du lac d'Iseo en 1984 pour ne plus en partir.

La pêche qu'il préfère est celle au milieu du lac : il jette ses filets, signalés par deux bouées, au milieu du lac, et le courant les fait dériver. Ce type de pêche est par exemple utilisé pour les truites et les sardines. « En revanche, pour pêcher la perche et la tanche, il faut plonger les filets jusqu'à 30 ou 40 mètres de profondeur », ajoute-t-il.

« La région veut réglementer la pêche sur le lac. Par exemple, nous nous arrêtons de pêcher un jour par semaine, pour éviter que la pêche ne soit trop invasive et pour laisser le temps au lac de se régénérer. La région s'occupe également des espèces qui ne parviennent plus à se reproduire de manière naturelle, comme le brochet et le corégone. Ces espèces ne trouvent plus dans leur environnement les conditions favorable à la ponte et à la croissance des alevins. Par exemple, le corégone dépose ses œufs près de la rive dans une eau peu profonde, mais ces derniers temps les œufs ne trouvent plus les conditions idéales pour éclore. La province a fourni des incubateurs destinés à ces espèces. Après la naissance, les juvéniles sont remis à l'eau et poursuivent leur croissance dans le lac. »

« Le pêcheur fait tout pour respecter le lac, car il sait que le poisson lui permet de manger. Ceux qui causent le plus de tort au lac sont les amateurs et les non-professionnels, qui pêchent comment ils n'ont pas le droit de le faire. Ils utilisent un palonnier ou pêchent de nuit... »

Ferdinando vend son poisson aux restaurants, « qui ont toujours des exigences particulières » comme il le précise. « Je passe trois ou quatre heures à pêcher, puis 5 ou 6 autres à nettoyer le poisson et à le préparer selon les exigences de chaque restaurant. » Lui-même a ouvert un restaurant de pêche, La Locanda del Lago, tenu par sa femme et sa fille.

Le plus souvent, Ferdinando sort seul pour pêcher. Autrefois il fallait être deux, mais ce n'est plus nécessaire aujourd'hui car les nouveaux instruments permettent de travailler seul. « Je me rappelle qu'à l'époque de mon grand-père on utilisait de très lourds filets tournants, qu'il fallait manipuler à deux. Ces filets ont été interdits en 1956 car ils n'étaient pas sélectifs, ils attrapaient toutes les espèces et étaient donc invasifs. Il y avait autrefois de nombreuses coopératives autour du lac, aujourd'hui il n'en reste qu'une seule. »

Ferdinando ne voulait pas que son fils prenne le même chemin que lui : il trouve que « c'est un métier difficile ». Après avoir étudié, son fils a donc pris une voie différente : il a choisi de vendre du poisson au lieu de partir à la pêche comme son père.

Mais Ferdinando est confiant quant à l'avenir de la profession de pêcheur : « Sur l'île, quatre jeunes ont repris le métier, c'est un bon début. Il y a cinquante ans, les pêcheurs du lac étaient deux cents. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 30. Lorsqu'ils ne parviendront plus à satisfaire la demande, d'autres retourneront sur l'eau. »

« Je me souviens d'une phrase que mon grand-père me disait souvent quand j'étais petit et que je l'accompagnais sur l'eau : 'Tu vois cette grosse usine là-bas ? Elle doit donner du travail à 2 000 familles. Le lac nourrit tous ceux qui habitent autour.' »


Convivium Slow Food Bassa Bresciana
slowfoodbbs@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 



|
   
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab