Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité   |   Zone presse

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 
 

Crevettes tropicales


 

Noms scientifiques

Penaeus megalops, P. braziliensis, P. vannamei, P. stefirus, P. aztecus, P. duorarum, P. monodon, P. esculentes, P. semisculatus, P. chinensis

Noms commerciaux

Crevette tigrée noire, crevette tigrée brune, crevette blanche, ebi.

Les crevettes peuvent être réparties entre trois catégories générales, en fonction de leur habitat : eaux froides/nord, eaux chaudes/tropicales/sud, et eau douce. Bien qu'ils désignent des familles différentes de crevettes, en anglais les termes "prawn" et "shrimp" sont souvent interchangeables. Par exemple, aux États-Unis, "shrimp" est le nom générique de toutes les sortes de crevettes.

Problèmes des crevettes sauvages

Stocks

La crevette tropicale représente l'essentiel de la production de crevettes sauvages. Toutes les crevettes ont une vie courte et une croissance rapide. Elles sont prolifiques et donnent naissance à de nombreux petits, et sont donc considérées comme résistantes à la surpêche. Toutefois, elles subissent une pêche intensive où qu'elles se trouvent. Bien que la plupart des stocks ne montrent pas clairement de signes de surexploitation, ils sont proches de leur rendement durable maximal, et la manière dont les crevettes sont pêchées constitue un risque considérable pour l'environnement.

Méthodes de pêche

La majeure partie des crevettes tropicales est capturée par chalutage de fond, une méthode qui occasionne d'importantes prises accessoires. Cette méthode, qui utilise un chalut entre deux eaux ou sur le fond, entraîne en effet la capture de tout ce qui se trouve sur le chemin du chalut. Qu'il s'agisse de poissons, de requins, de tortues de mer menacées ou en danger, de juvéniles ou de toute autre vie marine, ce qui est remonté finit rejeté par-dessus bord, mort ou agonisant. La pêche de la crevette au chalut a le taux de prises accessoires le plus important de toutes les pêches commerciales. Certains pêcheurs ont mis en place des mesures de réduction des prises accessoires, tels que des systèmes permettant aux tortues marines de s'échapper des filets. Néanmoins, aucun étiquetage particulier ne permet au consommateur de différencier ces crevettes à l'achat.

Le chalutage peut aussi avoir des répercussions dramatiques sur l'habitat marin. Les crevettes tropicales vivent souvent dans des habitats que les lourds chaluts peuvent facilement endommager, parfois irrémédiablement comme dans le cas des récifs coralliens.


Problèmes des crevettes d'élevage

Le marché de la crevette continue de s'étendre, et les crevettes d'élevage représentent une proportion de plus en plus importante de cette offre.

Conséquences sur l'environnement

L'un des problèmes les plus importants liés à l'élevage de crevettes est la destruction de grandes zones de forêts de mangrove sur les côtes tropicales pour laisser la place à des fermes d'élevage. Les mangroves ne constituent pas seulement le berceau d'une remarquable biodiversité animale et végétale, elles sont également un rempart contre l'érosion des sols et une sorte de zone tampon qui protège les régions côtières, notamment des ouragans et raz-de-marée. De plus, la disparition des mangroves a des conséquences catastrophiques sur les pêches artisanales locales, source d'alimentation et de revenus de nombreuses communautés côtières.

L'eau salée provenant des bassins à crevettes peut entraîner la salinisation des terres arables, qui transforme en déserts les régions productives, et la contamination par le sel des eaux souterraines peut provoquer une raréfaction de l'eau utilisée à des fins domestiques ou agricoles.

L'élevage des crevettes nécessite d'énormes quantités d'aliments, et provoque des rejets tout aussi importants de déchets dans les eaux côtières : nourriture non consommée, excréments, plancton, bactéries, matières dissoutes (comme l'ammoniaque, l'urée, le dioxyde de carbone et le phosphore), antibiotiques et autres produits chimiques tels que les désinfectants, des produits d'amendement du sol et de l'eau, des pesticides et des engrais. Les antibiotiques et autres produits chimiques peuvent se révéler toxiques pour des populations non visées telles que la faune et la flore sauvages.

L'introduction d'espèces exotiques a aussi des effets négatifs sur la diversité génétique et sur l'écosystème de la faune d'origine.

Les conséquences sur l'environnement varient énormément d'un élevage à l'autre et d'un pays à l'autre, la certification n'est pas vraiment développée et une filière complexe sépare le site d'élevage et la table du consommateur. Ces problèmes empêchent le consommateur de retracer facilement l'origine des crevettes qu'il achète et de savoir dans quelles conditions elles ont été élevées.

Conséquences socio-économiques

En outre, la généralisation de l'élevage des crevettes et la diminution des mangroves et des écosystèmes côtiers menacent la sécurité alimentaire et la culture de millions d'êtres humains en détruisant leurs sources de revenus.

De nombreuses économies traditionnelles de subsistance sont ainsi fragilisées, car les fermes d'élevage de crevettes "privatisent" souvent des terrains et des voies navigables publiques et portent atteinte aux activités locales de pêche de subsistance (à la fois en détruisant les habitats et en limitant les accès). Des centaines de milliers d'habitants de régions côtières ont été déplacés, parfois à la suite de confiscation de terres avec recours à la force. Dans de nombreux pays, les conflits à propos des terres se sont soldés par des menaces, des manœuvres d'intimidation et parfois par le meurtre d'opposants à l'élevage des crevettes.

Santé

Dans de nombreux systèmes d'élevage commercial de crevettes, la densité de celles-ci dans les bassins est très élevée et d'importantes quantités d'aliments, de pesticides, d'antibiotiques et d'autres produits chimiques sont employés, de manière à maximiser les gains et à éviter les maladies. Les problèmes soulevés par ces substances polluantes regardent leur persistance, leur toxicité, leur stimulation de la résistance, et les effets potentiels sur la santé des éleveurs et des consommateurs.

Conseils et solutions alternatives

À éviter

Évitez de consommer des crevettes des eaux chaudes, qu'elles soient sauvages ou d'élevage (hormis les élevages biologiques).

Solutions alternatives

Il existe de meilleurs choix en ce qui concerne les crevettes sauvages, en fonction de la manière dont elles ont été capturées. Les crevettes des eaux froides capturées dans le Nord-Est de l'Arctique, l'Oregon ou la Colombie Britannique sont des choix préférables, pour les consommateurs américains. Les crevettes locales et certifiées représentent toujours une meilleure alternative.

Les crevettes certifiées biologiques (d'élevage) sont également une solution préférable, mais en règle générale elles ne peuvent garantir que les aspects sociaux de l'élevage aient été correctement pris en compte. Recherchez les crevettes biologiques (d'élevage) issues du commerce équitable.

Même si elles sont pêchées ou élevées de manière durable (ce qui est rare), les crevettes sont généralement transformées là où la main-d'œuvre coûte le moins cher puis envoyées aux restaurants et aux consommateurs à travers le monde, un système qui génère une "empreinte carbone" énorme. Essayez de ne consommer les crevettes que lors d'occasions particulières.

Sources

 

FAO

Monterey Bay Aquarium

Environmental Justice Foundation

 


|
  Crevettes tropicales  
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab