Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 
 

Thon rouge industriel


Noms scientifiques

 

Le nom de thon rouge peut regrouper plusieurs espèces, comme le thon rouge du Nord ou de l'Atlantique (Thunnus thynnus), le thon rouge du Pacifique (Thunnus orientalis) et le thon rouge du Sud (Thunnus maccoyii).

Noms commerciaux

Kuromaguro, Bluefin tuna, Atun de aleta azul, Atun Rojo, Hon Maguro.

Problèmes

Stocks

Enfin de bonnes nouvelles, après des années d'efforts pour récupérer les stocks de thon en Méditerranée, ceux-ci ont atteint un niveau satisfaisant et les quotas de pêche ont été rehaussés d'environ 20% pour la campagne 2015. Cette augmentation intervient après plusieurs périodes de diminution et de gel des quotas engagées dans les années 2000. Depuis les années 1970, la pression exercée par la pêche industrielle était marquée par un renforcement croissant des captures, aggravé par l'absence de mesures de contrôle de l'effort de pêche et de sanction des pratiques illégales. Les mesures de conservation qui ont suivi ont permis une reconstitution rapide du stock en favorisant d'une part la réduction des périodes d'ouverture de la pêche industrielle (1 mois/an) et d'autre part la réduction des volumes de captures autorisés.

Il faut cependant éviter que le thon rouge soit à nouveau exploité de façon industrielle abusive, et qu'il soit considéré comme une quelconque marchandise. Il s'agit d'un poisson précieux situé en haut de la chaîne alimentaire. Il est extrêmement prisé sur le marché du sashimi et sa capture et son engraissement industriels s'avèrent excessivement lucratifs pour la flottille des thoniers senneurs. La majorité des prises mondiales converge vers le Japon, où un seul poisson peut être vendu jusqu'à 100 000$, ce qui en fait un des aliments le plus cher du monde.

Par ailleurs, bien que prolifiques, toutes les espèces de thon rouge ont un taux de croissance faible et une maturité de reproduction assez tardive. La pêche intensive de juvéniles suscite de grandes inquiétudes, puisqu'elle empêche la régénération des stocks.    

 

Méthodes de pêche

Une grande variété de méthodes sont employées pour la capture des thons sauvages, comme par exemple au niveau industriel avec la senne coulissante et la palangre, ou au niveau artisanal avec les différents techniques de pêche à l'hameçon (palangre, ligne, canne). La pêche à la senne (encercler un banc de poisson avec un grand pan de filet en reliant les deux extrémités en forme de poche de manière à ce que les poissons ne puissent plus s'échapper) se préoccupe peu des prises accessoires. Elle n'est pas sélective, mais permet, théoriquement, de relâcher vivantes les espèces non ciblée capturées dans la senne. La palangre industrielle est constituée d'une ligne mère où sont attachées des lignes secondaires plus courtes garnies d'hameçons sur lesquels sont accrochés des appâts. Ces palangres peuvent atteindre 60 km de long et compter 50 000 hameçons. Les prises accessoires sont un problème essentiel de la pêche à la palangre, puisqu'elles concernent souvent des espèces menacées ou en danger telles que les tortues de mer, les requins et les oiseaux de mer. La palangre peut également se pratiquer à l'échelle artisanale (quelques 100 aines d'hameçons) dans la zone côtière. La pêche à la ligne (avec un seul ou deux hameçons) et à la canne (un seul hameçon avec appât naturel ou artificiel) sont également pratiquées par les pêcheurs artisans, notamment en Méditerranée (thon rouge). Il s'agit de sorties journalières (quelques heures), très sélective visant la capture de deux ou trois poissons, voire quelques dizaines d'individus, principalement destinés au marchés locaux et nationaux.

La représentativité de la pêche artisanale dans cette activité reste cependant anecdotique. La quasi totalité des quotas de capture sont détenus par l'industrie. A titre d'exemple, la France accorde à l'industrie plus de 90% du quota national (15 navires actifs), environ 9% à la pêche artisanale (dite "petit métier") et 1% à la pêche récréative et sportive. Il convient de préciser que l'essentiel du quota artisanal français reste paradoxalement entre les mains de l'industrie, dont les armateurs sont aussi propriétaires de navires "petits métiers" spécialisés pratiquant la palangre côtière avec des navires de taille intermédiaire (14-18m) dont les quotas individuels peuvent dépasser les 20 tonnes. In fine, l'immense majorité des "vrais" pêcheurs petits métiers polyvalents (< 12m) est aujourd'hui exclue de l'accès à cette pêcherie, alors même qu'ils sont unanimement considérés comme les plus durables car très faiblement impactant sur le stock de thon rouge. Dans d'autres pays Méditerranéens, la situation de la pêche artisanale est encore plus difficile lorsque qu'elle ne bénéficie parfois d'aucuns quotas lui permettant d'exploiter cette espèce. L'organisation régionale MedArtNet représentative de la pêche artisanale en Méditerranée souhaite plaider auprès de l'ICCAT (organisation régionale des pêches en charge de la gestion/conservation du thon rouge) l'introduction d'un principe juridique qui imposerait aux États membres de réserver une partie du quota annuel au profit de la pêche artisanale, ceci afin de mettre un terme à la privatisation du stock par l'industrie thonière et de répartir plus équitablement les bénéfices de cette activité.


Élevage

Pour l'élevage, des thons juvéniles sauvages sont capturés pour continuer leur croissance dans des enclos de filet, ce qui ne diminue pas la pression sur les espèces sauvages. Cela augmente en outre l'effort de pêche sur les espèces fourrages (sardines, anchois, etc.) nécessaires à la fabrication des farines de poissons, aliments de base de l'engraissement. Les conséquences de ces pêcheries minotières sur les stocks exploités sont susceptibles d'engendrer des difficultés pour la conservation des espèces. L'engraissement du thon est principalement pratiqué en Australie, en Croatie, en Espagne, à Malte et en Turquie.

Santé

Comme tous les grands prédateurs, le thon rouge concentre dans ses tissus des résidus de mercure et d'autres polluants comme la dioxine et les polychlorobiphényles (PCBs). 


Conseils et solutions alternatives

Mangez le thon rouge avec parcimonie, en en faisant une occasione spéciale, et choisissez le thon pêché par la pêche artisanale. En France Mediterranée, par exemple, contactez la Prudhomie la plus proche. La Prud'homie de Sanary est une sentinelle Slow Food depuis 2014.

 


Sources

Food and Agriculture Organisation (disponible en six langues)

Monterey Bay Aquarium

Marine Conservation Society Fishonline

WWF: Ban the tuna trade

 

 

 

 

 


|
  Thon rouge industriel  
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab