Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

Dénomination Juan Fernandez


09/08/12

Les pêcheurs de l'île de Robinson Crusoe, Sentinelle Slow Food depuis 2005, obtiennent l'identification géographique pour la langouste et le crabe doré...

 

Il existe dans le Pacifique Sud une île volcanique mythique, dans un archipel loin de tout, dont l'accès est très aléatoire, mais sur laquelle il se passe plein de choses.

 

Robinson Crusoe, à 670 kilomètres au large de la côte du Chili, à la hauteur de Valparaiso, est l'une des îles de l'archipel Juan Fernandez, qui compte moins de 800 habitants, presque tous pêcheurs. L'association des pêcheurs de l'île tire la majorité de ses revenus de l'extraction de la langouste et du crabe doré. La sentinelle Slow Food de l'île vise à soutenir et reconnaître leurs efforts de gestion durable de ces ressources, tout en élargissant la gamme des produits exploités.

 

En 2010, une grande vague de 15 mètres de haut emporte les constructions de la côte et laisse 10 morts et 6 disparus sur son passage. Une épreuve de plus pour les habitants dont les conditions de vie sont déjà très difficiles (pour reconstruire une maison, il faut qu'un bateau de l'armée emmène les briques de chaque maison à reconstruire depuis le continent). Malgré le choc, ils ne se laissent pas abattre, et l'île devient d'ailleurs le symbole de la reconstruction post-tsunami au Chili.

 

Aujourd'hui, après un long processus dans lequel ils se sont beaucoup engagés, ils reçoivent de la main du ministre de l'économie (dont dépend la pêche) une belle récompense, qui reconnaît le caractère unique des produits de l'île : la dénomination d'origine pour la Langouste (Jasus frontalis) et le crabe doré (Chaceon chilensis) de Juan Fernandez, les premières ressources marines au Chili à obtenir cette identification.

 

« La dénomination d'origine vient couronner le travail des pêcheurs, qui, pendant plus de deux ans, ont participé à la collectes de données biologiques, mais pour nous, plus que cela, c'est une reconnaissance historique à notre peuple, car déjà nos antécesseurs avaient décidé ensemble et appliqué des règles de pêche qui nous permettent de continuer à pêcher aujourd'hui. La participation à Terra Madre et Slow Fish, aussi, nous a aidé à comprendre l'importance et la valeur de notre travail et de nos ressources, et nous a motivé à entreprendre les démarches nécessaires pour obtenir la dénomination d'origine » affirme Julio Chamorro, le jeune président du syndicat des pêcheurs de l'île.

 

Les règles des pêcheurs ont d'ailleurs été avalisées par la loi chilienne depuis longtemps :
- ils n'extraient que des langoustes dont le thorax mesure plus de 11,5 cm, et 13 cm pour les crabes
- Les individus de petites tailles et les femelles pleines sont immédiatement relâchés
- Les langoustes et les crabes ne sont capturés qu'avec des pièges en bois
- La plongée est interdite pour les extraire
- La pêche est fermée de mai à septembre chaque année.

 

Les pêcheurs ont également travaillé à la constitution d'une Aire Marine Protégée, qui sera officialisée en décembre 2012, et qui donne un cadre institutionnel à leur gestion responsable de la zone de pêche, tout en attirant de nouvelles ressources en provenance de l'écotourisme, l'île étant aussi l'abri de nombreuses autres espèces marines et terrestres uniques.

 

Et pour aller encore plus loin encore, aujourd'hui la pêcherie est engagée dans un processus de certification MSC.

 

« Tout ceci forme partie d'un parcours important, mais nous ne voulons pas nous arrêter là. Afin que tous ces efforts puissent avoir des retombées économiques intéressantes pour les pêcheurs, nous devons continuer à donner de la valeur ajoutée à nos produits, les élargir aussi, et arriver directement au consommateur final, sans passer par les intermédiaires », explique Julio.

 

Il faut bien du courage pour entreprendre ce chemin, sur une aussi petite île, sur laquelle on ne peut se rendre qu'en bateau (un bateau de l'armée s'y rend une fois par mois et met 36 heures pour y arriver) ou en petit avion, lorsque le climat permet un atterrissage sur une piste guère plus grande qu'un mouchoir de poche.

 

Découverte en 1574 par Juan Fernandez qui tentait de contourner le courant de Humbolt pour faire route vers le Sud, refuge du marin écossais Alexandre Zelkirk qui a inspiré le roman de Daniel Dafoe, l'île est d'abord utilisée par pirates et corsaires, et abrite ses premiers habitants, des prisonniers politiques, au temps de l'indépendance (1814). Les colons viendront plus tard, qui formeront les débuts de l'actuelle communauté des habitants de l'île.

 

 

 

 



|
   
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab