Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité   |   Zone presse

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

Des poissons bien élevés


20/05/11

Les exploitations piscicoles ont considérablement augmenté. Au début, elles semblaient être une bonne solution pour lutter contre l'exploitation des ressources à laquelle a porté la consommation immodérée de poissons, mais aujourd'hui elles révèlent des points critiques qui ne devraient pas être sous-estimés. Voyons lesquels, ainsi que quelques exemples d'exploitations vertueux engagés à réduire l'impact de leur production.

Le thème sera débattu durant l'atelier de l'eau « Elevé », (samedi 28 mai, à 18 heures) lors de la présentation du nouveau guide de la série « Mangeons-les Juste », dédié à l'aquaculture.

Après un début prometteur, l'aquaculture, qui semblait être une bonne solution pour ralentir la progression de la demande de produits de la pêche, a commencé à dévoiler sa vraie nature. Les problèmes environnementaux et sociaux qu'elle pose sont importants. L'aquaculture, ou culture d'organismes aquatiques tels que poissons, mollusques, algues ou crustacés, occupe une bonne tranche du marché: le dernier rapport de la FAO sur l'argument (la situation mondiale des pêches et de l'aquaculture 2010) a rapporté que 45 % de l'offre mondiale de poisson provient des systèmes d'élevage.

 

L'impact de l'élevage

En réalité, l'impact sur l'environnement varie considérablement selon le type d'animal élevé et du système utilisé, mais on peut identifier certains points critiques communs à tous les cas de figure. Le problème le plus courant tient au fait que les espèces d'élevage sont nourries avec des farines de poisson, dont la production accroît la pression sur les stocks marins: les cas dans lesquels, pour 1kg de poisson élevé il faut pêcher et transformer 1 kg de poisson sont très rares. Le rapport est généralement supérieur, allant de 1:5 pour les saumons, jusqu'à 1:22 comme dans le cas du thon.

De plus, il faut tenir compte des conditions d'élevage des poissons, souvent concentrés à très haute densité et exposés à la propagation des maladies. Cela contribue grandement à la pollution des eaux environnantes, soit du fait des déjections d'animaux vivants et les restes des sujets morts, soi t à cause des antibiotiques, aliments et autres produits (comme les hormones pour stimuler la croissance) administrés aux poissons d'élevage.

Il ne faut pas oublier, en outre, les animaux qui s'échappent de systèmes d'exploitation, une situation presque impossible à éviter et dangereuse, car elle porte les spécimens d'élevage à rivaliser avec la nature, appauvrissant le bagage génétique. N'oublions pas, enfin, la modification des habitats naturels causés par les systèmes d'élevage : pour faire place aux élevages, les écosystèmes sont souvent dévastés, comme cela s'est produit pour les forêts de mangroves d'Asie du Sud-Est.

 

Solutions vertueuses

Pourtant, il y a aussi des situations qui tentent, au moins en partie, de résoudre ces problèmes. Par exemple, le problème de l'alimentation et la pression sur les stocks de poissons peuvent être résolus avec l'élevage d'espèces qui se nourrissent essentiellement de plantes, comme le cas de tanche de Ceresole, Sentinelle Slow Food. Quelques solutions pour alléger la pression sur les stocks existent également dans les exploitations piscicoles d'espèces non herbivores. Par exemple, en évitant de forcer le rythme de croissance, comme dans le cas des tanches élevés en Slovénie ou la truite Biotrotadolomiti élevée à plus de mille mètres d'altitude dans des habitat naturels, sans avoir à utiliser des systèmes de désinfection ou de l'alimentation aux antibiotiques et respectant les temps de croissance du poisson.

La question des déchets et des polluants peuvent se résoudre en partie en augmentant le renouvellement de l'eau. C'est le cas des exploitations Aqua en Ligurie, où l'attention à l'alimentation est combinée à celle de l'eau, qui, en plus d'être traitée à la chaleur (souvent d'élevage dans l'eau est plus chaude que la région environnante, provoquant des déséquilibres dans l'écosystème) fait l'objet d'une grande fréquence de renouvellement (en moyenne 200 renouvellements par jour à l'intérieur d'une cage).

Enfin, en plus des pratiques d'élevage, nous devons aussi envisager les étapes successives de la chaîne d'approvisionnement afin d'assurer la qualité du produit. Avec cet objectif en tête, les producteurs d'élevage Agritrutta élèvent de truites appliquant des normes concernant le bien-être animal et en s'engageant à suivre une filière courte, non seulement en termes de nombre de passages du producteur au consommateur, mais aussi à l'égard de la fraîcheur produit: la société ne pêche pas pour augmenter les stocks de ses magasins, mais pêche les truites fraîches sur la base des commandes reçues.

 

Elisa Bianco
e.bianco@slowfood.it

Traduction Anselme Bakudila Mbuta

 

A Slow Fish

La sentinelle Slow Food de la Tanche de Ceresole sera présentée sur le site réserve à l'exposition du marché Slow Fish.

Irene Fonda (de l'exploitation homonyme) et Roberto Co (de Aqua de Lavagna) présenteront leurs produits à l'atelier du goût L'aquaculture de qualité (vendredi 27 mai, 18h).

Vous pouvez déguster les truites de l'exploitation Agritrutta auprès de l'atelier du goût le bien-être de la truite (dimanche 29 mai, 12h).

 

Les élevages

Aqua di Lavagna - www.aqualavagna.it
Agritrutta - acquadolce.net

Biotrotadolomiti - www.biotrotadolomiti.com
Fonda - it.fonda.si

 



|
   
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab