Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité   |   Zone presse

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

La France protagoniste au salon de la pêche durable et la consommation responsable


31/05/11

Parmi les nombreux exposants et intervenants du salon bisannuel se trouvaient des membres de la communauté de pêche de Saint-Raphaël, dans le Var, réunie au sein d'une prud'homie qui a elle-même rejoint le réseau Terra Madre.

 

Didier Ranc, pêcheur et prud'homme, Elisabeth Tempier, journaliste et fondatrice de l'association de promotion de la Prud'homie, ainsi que Benjamin Lagorce et Laurent Manson, restaurateurs au Castellet (Le pied de nez) ont animé un Atelier du Goût, proposant à la fois une présentation de leur communauté et une dégustation de « poissons oubliés du Var » comme le sévereau, parfois aussi appelé chinchard.

 

Elisabeth Tempier a d'abord exposé le système des prud'homies, son existence séculaire, son fonctionnement, ses avantages pour l'écosystème et la pérennité des emplois comme des espèces. Elle a aussi souligné les dangers de la surpêche et de la mondialisation. « On affame les pays du Sud pour avoir des étals bien garnis », s'est-elle indignée. Le thème des préjugés et des idées reçues sur certains poissons a également été abordé, appuyé de quelques exemples pertinents comme la langouste ou la lotte, très prisées aujourd'hui et qui étaient autrefois rejetées par-dessus bord.

 

Benjamin Lagorce, restaurateur, a expliqué les plats servis au cours de la dégustation et la philosophie de son restaurant : travailler des produits locaux, de saison et de qualité, si possible en protégeant des variétés qui sont menacées d'extinction et en faisant travailler des producteurs et artisans locaux. « Travailler des produits bons, propres et justes demande certes un peu plus de temps et de travail, a-t-il concédé. Proposer un menu à l'ardoise implique de travailler selon le marché, de changer de plats tous les jours, mais surtout de travailler avec créativité, et en retrouvant un certain instinct. C'est plaisant ! »

 

Didier Ranc a présenté le cas de Saint-Raphaël et souligné que les prud'homies se basent sur l'idée que la mer est un capital à préserver en assurant une gestion pérenne des ressources. Il a déploré le fait que les trop nombreuses interventions européennes menacent le système prud'homal, ne respectant pas les règles que la communauté s'impose à elle-même avec rigueur et dans le respect de l'environnement. « L'environnement, c'est notre quotidien, a-t-il précisé, c'est notre outil de travail, c'est donc notre avenir aussi. Toutes ces réglementations ne s'appliquent pas à chaque cas, parfois elles sont absurdes pour notre littoral à nous. Et moi il me semble surtout que le but de tout cela, en tout cas le résultat, c'est davantage de privatiser la mer que de la protéger. »

 

La communauté varoise essaie depuis quelques années de promouvoir, pour mieux le protéger, le système des prud'homies ainsi que l'environnement et les espèces régionales. La prud'homie essaie également de développer le système des AMAP pour vendre sa pêche, ainsi que divers circuits courts (poissonniers, restaurateurs, etc.), et elle a effectué des démarches auprès d'un bureau d'études pour un label de certification qu'elle devrait obtenir en juillet prochain.

 

Notes

Les prud'homies sont des communautés de pêcheurs qui existent en France depuis le XVe siècle. Leur existence ainsi que leurs réglementations sont reconnues par le droit français depuis 1859 et il en existe actuellement 33 au niveau national. Mais ce système unique au monde est mis à rude épreuve pas la multiplication de lois émanant du Parlement européen, ainsi que par l'industrialisation et la modernisation des moyens de pêche.

 



|
   
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab