Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

Des subventions européennes pour la pêche illicite


25/03/11

De 1994 à 2010, l'Union européenne a accordé plus de 26 millions d'euros à plus de 130 bateaux de pêche - italiens, français et espagnols - qui, dans de nombreux cas, avaient déjà été sanctionnés pour de graves infractions. Comment peut-on octroyer des subventions à ceux qui ont été condamnés pour vol ? Plus de quatre-vingt-dix organisations environnementales, dont le WWF, Greenpeace, l'organisation environnementale Pew et la coalition Ocean 2012, ont adressé une lettre ouverte au Président José Manuel Barroso pour que la Commission européenne élimine les subventions néfastes pour l'environnement.

 

Le mécanisme est simple, mais il semble mal fonctionner. Les financements passent de l'Europe aux États membres où les ministères compétents les distribuent aux pêcheurs par l'intermédiaire des Conseils Régionaux, sans tenir compte de leurs infractions.

 

Une longue liste publiée sur le site Fishsubsidy.org est claire au sujet de la France et de l'Espagne. Elle révèle que, de 1994 à 2006, plus de 13,5 millions d'euros de subventions ont été accordés à 36 navires de pêche qui avaient été sanctionnés pour fautes graves. La situation est encore pire en Italie où presque 100 bateaux de pêche, dont beaucoup ont été frappés d'une amende pour pêche illégale avec des filets maillants dérivants (dont la "spadara" et la "ferrettara"), ont reçu 13,8 millions d'euros d'aide publique entre 1999 et 2010.

 

Parmi les cas les plus évidents, le bateau de pêche Sibari a été sanctionné trois fois entre 2005 et 2006 pour des activités illégales avec des -spadare- et, en juin 2006, 11 km de spadare, une demie tonne d'espadon et 150 kg de thon lui sont séquestrés. Après quelques mois, le navire reçoit 545.000 euro de subventions publiques. En Espagne, en 2005, le bateau Hodeiertza est sanctionné pour pêche illicite dans les eaux françaises. Il avait reçu 1,2 millions d'euros de subvention lors de sa construction et, après avoir été sanctionné, il reçoit en 2006 encore 31.906 euros pour sa modernisation. Un cas récent montre la désinvolture avec laquelle l'Espagne, un pays qui reçoit 46% d'aides communautaires, attribue les aides publiques nationales. En juin 2010, l'entreprise halieutique espagnole Albacora, propriétaire du navire de pêche Albacore Uno, reçoit une contravention de 5 millions d'euros du gouvernement des États-Unis pour braconnage dans les eaux américaines. Quatre mois plus tard, le gouvernement espagnol lui octroi 307.000 euros pour augmenter le niveau de sûreté de sa flotte à risque de piraterie dans l'Océan Indien. La France reçoit quant à elle 9% des fonds. En 2005, après avoir reçu 350.000 euros de subventions, le bateau de pêche La Pérousse est arrêté pour avoir utilisé des outils de pêche interdits.

 

La pêche illicite Inn (non déclarée et non règlementée) produit un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards d'euros et arrive à de hauts niveaux même dans les eaux européennes (selon certains estimations, 66% de toute la pêche de la Mer du Nord, 50% des débarquements de thons et d'espadons de la mer Méditerranée).

 


Cliquez ici pour voir la liste des navires de pêche illégaux qui ont reçu des subventions

 



|
   
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab