Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité   |   Zone presse

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

Recherche

Insérer une ou plusieurs paroles pour rechercher les articles correspondants


 

Slow Fish en actions


Le poisson, cest aussi de la nourriture locale!

Le réseau Slow Fish n'est en reste pour célébrer Terra Madre Day et pour rappeler, alors que l'on parle de nourriture locale, que le poisson fournit en moyenne 20% de nos protéines animales et surtout, fait partie intégrante de l'histoire et de la culture des hommes sur tous les continents.


La fête commence à Bergen, en Norvège, avec un grand dîner convivial organisé par le convivium de la ville, lors duquel sera racontée l'histoire de la morue séchée: le saviez-vous qu'à l'apogée du commerce de ce délicieux poisson blanc des mers froides, séché au vent glacial depuis des siècles pour sa conservation, il existait plus de 20 qualités différentes, et quel les personnes devant officiellement juger de cette qualité devait effectuer un apprentissage de 7 ans avant de pouvoir le faire? Terje Hinderhaug, passionné de l'histoire de son pays, travaille à faire connaître toute la culture de ce poisson, en partant d'un écomusée à Bergen, traditionnellement la ville la plus importante pour le commerce du fameux « stockfish ». « Notre poisson a toujours été distribué dans toute l'Europe et jusqu'en Afrique. Dans chaque pays, il est cuisiné de façon différente, en s'adaptant aux cultures et autres produits de l'économie locale : du bacalao con nata (morue à la crème) au Portugal, à la brandade de Morue en France, au bacalao alla Vicentina (anchois, lait et fromage) dans la région du Veneto, en Italie : de nombreuse spécificités culinaires sont nées autour de ce commerce », explique-t'il. A cette occasion, la morue salée et séchée servie aux invités provient des producteurs de la sentinelle Møre og Romsdal.


Cap vers le Sud maintenant, de l'autre côté de la mer du Nord, en Hollande, où la sentinelle des pêcheurs aux arts dormants du Waddensee nous attendent à Lauwersoog. Les pêcheurs de l'association Goede Visser (les bons pêcheurs) qui tiennent le bistrot ´tAiland, mettront en valeur le « smelt », aussi appelé White bait (appât blanc), un petit poisson qui ressemble un peu à la truite et qui se trouve le long de la côte et se reproduit dans les rivières. Le dîner permettra de lancer le débat sur l'état du stock de ce poisson dans le Waddensee, son importance historique pour l'économie locale et l'importance d'intégrer dans notre alimentation les poissons du bas de la chaîne trophique. Le dîner sera servi gratuitement, mais les convives sont invités à participer à la récolte de fonds destinée au réseau Slow Fish, afin de permettre à des pêcheurs du Sud de participer à la manifestation Slow Fish, à Gênes, du 9 au 12 mai 2013.


A quelques ricochets de Lauwersoog, à Amsterdam, c'est la toute nouvelle alliance néerlandaise des chefs et des sentinelles qui préparent un festin au restaurant Huize Frankendael avec les trésors des sentinelles hollandaises, y compris les poissons du Waddensee, mis en accord avec la mouton de Kempen Heath, le Gouda artisanal affiné, la vache de Lakenvelter, entre autres.

 

Prenons maintenant le transatlantique et rendons nous aux USA, pour la neuvième fête de la conserve de thon, organisée à Bellingham par le convivium Fourth Corner. Jeremy Brown, pêcheur de profession et d'âme, rassemble ses compagnons de travail de l'organisation « Commercial Fishermen of America », les membres Slow Food et tous ceux qui sont intéressés pour un week-end dédié à apprendre à conserver le thon Albacore pêché de façon durable. Le travail et les coûts sont partagés entre tous. Il faut donc couper le poisson, remplir les pots et les cuire sous pression, pour réaliser de merveilleuses conserves, qui garantissent un approvisionnement pendant tout l'hiver de délicieux thon albacore.

 

De retour en Europe, à l'Est, c'est en Moravie, que Slow Food Brno nous présentent leurs traditions de poissons d'eau douce, avec la traditionnelle carpe de Noël. L'élevage et la préparation de ce poisson a en effet une longue histoire qui remonte au 11ème siècle, lorsque les monastères entretenaient des mares pour leur élevage, e vue du carême. Le convivium a réuni les chefs Radim Procházka, Lukáš „Jamie" Greguš et Jana Rimplera, les pêcheurs de Phorelice, la Fondation Partnerstvi et la Radio Petrov pour organiser cette manifestation, lors de laquelle les participants apprendront à réaliser trois recettes différentes de ce plat festif.


Rendez-vous à tous pour le prochain Terra Madre Day en 2013 !


|







Participe à la discussion


   
Nom
 
Email
 
Commentaire
   

Contrôle anti-spam

Insérer les deux mots proposés dans le champ de texte. Ce système nous permet de contrôler que vous êtes bien une personne et non pas un ordinateur.

 
 
 


 

Qu'est-ce que c'est?

Dans cette section, nous rendons hommage à tous les hommes et femmes de nos réseaux, pêcheurs, aquaculteurs, cuisiniers, consommateurs, journalistes, éducateurs, volontaires, membres des conviviums et autres... qui par leurs gestes petits et grands agissent pour une production et une consommation responsables de poisson.

Si vous désirez raconter votre histoire, écrivez à: slowfish@slowfood.com

 

Derniers articles
 
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab