Slow Food Slow Food Donate Slow Food Join Us
 
 

Ressources   |   L’actualité

|

English - Français - Italiano - Español - Deutsch
 
 

Recherche

   
   
 
 
 
 
Slow Fish - Le poisson bon, propre et juste
 

Recherche

Insérer une ou plusieurs paroles pour rechercher les articles correspondants


 

Slow Fish en actions


Slow Food Canada adopte le

Sauvez notre saumon

 

Ce manifeste vise à protéger et restaurer nos pêches

par Sinclair Philip

 

Le Dr. John Volpe, spécialiste des systèmes alimentaires marins de l’École des études environnementales de l’Université de Victoria, C-B, et moi, avons rédigé ce manifeste, adopté unanimement par les présidents des conviviums présents à la Réunion nationale de Slow Food Canada tenue à Calgary le 23 avril 2006. Ce texte sera révisé en vue d’adresser et d’inclure les préoccupations des membres des provinces atlantiques. Celle imprimée ici est une version condensée du manifeste original. Nous développons notre site Web national et espérons y inclure le manifeste dans son intégralité bientôt.

 

Slow Food Canada encourage uniquement la consommation saisonnière de saumon sauvage de la côte ouest, décourage la consommation de toute forme de saumon d’élevage incluant le saumon d’élevage « biologique », et s’engage à la restauration des réserves de saumon sauvage.

 

Dans le Canada atlantique, plusieurs facteurs dont la surexploitation, la diminution des sources d’alimentation traditionnelle, la mauvaise gestion gouvernementale et la destruction de l’habitat ont réduit les réserves de saumon sauvage à un niveau frisant l’extinction. Ces menaces sont amplifiées par l’homogénéisation des bassins génétiques sauvages, résultat des fuites importantes et fréquentes de saumon en élevage dans le milieu sauvage, érodant la diversité génétique. Presque toutes les réserves de saumon sauvage dans les provinces atlantiques sont gravement atteintes et ne devraient pas être consommées. Dans le Pacifique, où plusieurs réserves sont plus saines, même si certaines se sont dégradées dans les dernières 100 années, nous avons remarqué que l’élevage de saumon n’allège pas le fardeau des réserves de saumon sauvage. En effet, l’élevage de saumon ne fait que modifier l’économie de l’offre et de la demande et mettre en danger les réserves sauvages en réduisant les prix et conséquemment, le niveau de vie des pêcheurs, pouvant mener même jusqu’à la disparition complète de ces économies.

Nous croyons que les saumons sauvages sont la pierre angulaire culturelle et écologique de l’espèce, dont l’importance est capitale pour leur habitat autochtone. Nous soutenons donc que tous les efforts sont nécessaires pour protéger et restaurer ces pêches afin d’éviter le destin dramatique qu’ont connu les pêches de morue. Le saumon sauvage exprime un aspect important de notre héritage culinaire. Son existence est profondément ancrée dans le tissu écologique et culturel de nos terres et de nos océans, et doit être préservée comme une expression de notre mode de vie.

 

Au niveau scientifique, Slow Food Canada s’engage à:

 

  1. Caractériser l’historique des espèces de saumon régionales dans tout le Canada ainsi que les produits issus du saumon.

  2. Soutenir les efforts de restauration des populations de saumon à leurs taux historiques (lorsque possible) sur les deux côtes canadiennes.

 

Au niveau de la promotion économique, Slow Food Canada s’engage à:

 

  1. Dresser la liste des noms et des adresses des pêcheurs, des transformateurs et des fournisseurs à petite échelle et des communautés des Premières Nations dans le but de les promouvoir dans les médias et d’assurer que le concept de protection soit synonyme de résultats économiques.

  2. Promouvoir les projets d’éducation du goût chez les enfants dès un âge précoce.

  3. Encourager les chefs au Canada actifs dans la promotion régionale du saumon sauvage à l’utiliser dans la préparation de plats seulement lorsque le saumon est de saison. Le saumon sauvage ne devrait pas être au menu tous les jours de l’année en guise d’attraction touristique mais devrait être apprécié de manière saisonnière, lorsqu’il est à son plus frais.

 

Les menaces aux pêches de saumon sauvage :

 

  1. L’élevage de saumon affaiblit le capital écologique et social des communautés côtières où les moyens de subsistance dépendent du saumon sauvage. La valeur sur le marché de tout type de saumon, sauvage ou d’élevage, a baissé de 20% au cours de la dernière décennie, dû à la surproduction globale du produit d’élevage. La perte de liens entre la population et le saumon, ainsi qu’entre les communautés côtières et le saumon est le résultat le plus nuisible de l’industrie du saumon d’élevage.

  2. Le poisson utilisé pour produire la nourriture destinée à l’élevage du saumon est essentielle aux communautés marines desquelles il est issu. Leur destruction a des effets négatifs considérables sur les communautés sauvages marines des côtes du Pérou, du Chili, de la mer du Nord, ainsi que sur les populations qui dépendent de ces espèces marines.

  3. Le saumon est carnivore. L’on utilise entre trois et cinq kilos de poisson sauvage comestible pour produire un kilo de saumon de niveau industriel.

  4. En moyenne, la chair de saumon d’élevage contient dix fois plus de toxines que ce que l’on retrouve dans le saumon sauvage. Ironiquement, selon certaines recherches, le saumon d’élevage « biologique » contient des taux encore plus élevés de polluants.

  5. Le saumon d’élevage est détaché de son contexte écologique et culturel, de ses liens de dépendances et de sa spécificité génétique régionale.

  6. Le saumon d’élevage est maintenu dans des enclos à filets industriels et à haute densité. Cette situation attire naturellement beaucoup plus de pathogènes et de parasites dangereux qui se transmettent aux populations sauvages. Par exemple, des recherches récentes ont démontré que la mer entourant un élevage typique en C-B contient et génère des poux de mer à un taux 33 000 fois plus important que les taux normaux, créant une infection potentiellement mortelle pour les jeunes saumons sauvages jusqu’à 70 km à la ronde.

  7. Sur la côte de la C-B, le saumon d’élevage qui n’est pas une espèce autochtone s’échappe en grands nombres et envahit les écosystèmes côtiers.

  8. Les consommateurs achètent les aliments biologiques avec l’idée que ces produits sont de qualité supérieure aux produits non-biologiques. L’approbation du « saumon d’élevage biologique » au Canada affaiblit le pouvoir et la crédibilité du mouvement biologique.

 

Slow Food Canada lance un appel visant à défendre les espèces de saumon sauvage avant qu’il ne soit trop tard. Ce poisson qui a inspiré, donné du plaisir et permis la survie des populations autochtones et nouvelles pendant des siècles, et maintenant menacé –tout comme la survie des communautés de pêcheurs qui dépendent du saumon.

 


|







Participe à la discussion


   
Nom
 
Email
 
Commentaire
   

Contrôle anti-spam

Insérer les deux mots proposés dans le champ de texte. Ce système nous permet de contrôler que vous êtes bien une personne et non pas un ordinateur.

 
 
 


 

Qu'est-ce que c'est?

Dans cette section, nous rendons hommage à tous les hommes et femmes de nos réseaux, pêcheurs, aquaculteurs, cuisiniers, consommateurs, journalistes, éducateurs, volontaires, membres des conviviums et autres... qui par leurs gestes petits et grands agissent pour une production et une consommation responsables de poisson.

Si vous désirez raconter votre histoire, écrivez à: slowfish@slowfood.com

 

Derniers articles
 
 
Slow Fish | Partners Lighthouse Foundation. Fondation Slow Food pour la Biodiversité
 
 
 

Slow Food - P.IVA 91008360041 - All rights reserved

Powered by Blulab