Slow Food
   

L'arche du Goût de Slow Food compte 1000 passagers


Italy - 11 Aug 11

Pour Slow Food, c'est une réussite de taille : le projet de l'Arche du Goût accueille ces jours-ci son millième passager en danger. L'abricot de la variété Shalakh a été officiellement ajouté à la liste des produits à sauvegarder de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité à l'occasion de Terra Madre Arménie, qui a réuni le 6 août une soixantaine de délégués au sein de l'Université Agricole d'Erevan où ils ont discuté de biodiversité, de filières courtes et d'éducation au goût. Le choix de ce produit revêt également une forte valeur symbolique, puisque c'est sur les pentes du mont Ararat que s'est échouée l'arche de Noé après le déluge. Culminant à 5 165 mètres d'altitude, le mont Ararat se trouve en territoire turc. L'abricot Shalakh pousse dans la vallée de l'Ararat, près d'Erevan (Arménie), il est grand, tendre, doux et juteux. Pouvant atteindre jusqu'à 100 grammes, les fruits sont notamment utilisés pour préparer la confiture (maraba). Aujourd'hui, cette variété d'abricots est encore présente, essentiellement dans le cadre d'un usage familial où les arbres atteignent parfois 70 ans, tandis que le marché international est envahi par des hybrides plus productifs qui portent le même nom et que le véritable abricot Shalakh risque l’extinction. L'abricot Shalakh est le millième produit nominé, décrit, répertorié et inscrit au projet international de l'Arche du Goût de Slow Food. Depuis 1996 l'Arche se consacre aux produits alimentaires, aux races et aux variétés qui risquent de disparaître, emportant avec elles les traditions et les savoirs qui y sont étroitement liés. Au fil de ces 15 années, les nominations ont couvert le globe : de la Bolivie à l'Australie, à travers le réseau de Slow Food. La liste d’aliments toujours plus rares, comme les miels, les charcuteries ou les variétés de légumes, s'est allongée d’année en année. Qu'il s'agisse d'un risque réel ou potentiel, leur disparition mettrait en péril un héritage économique et socioculturel tout entier. À ce jour, l'Arche a pris des passagers dans 60 pays différents, aux États-Unis avec le bison américain des plaines, au Brésil avec le fruit de la passion Caatinga, en Australie avec le miel de leatherwood, un arbre endémique de Tasmanie, au Japon avec les zazamushi (larves d'insectes). La candidature est examinée par une Commission Internationale et l'une des Commissions Nationales (il en existe une vingtaine), composées de bénévoles dont la profession est liée à l'un des thèmes du projet : journalistes, botanistes, vétérinaires, experts, etc. Si la candidature est acceptée, son inclusion dans le catalogue apporte une forme initiale de promotion. C'est aussi souvent une première étape vers la mise en place d'un projet d'intervention et de soutien plus approfondi, comme un projet de Sentinelle.